Tag Archives: Stopintox

NON, Patrice Motsepe, président de la CAF n’a pas déclaré que le Cameroun est prêt à 99%

Ce 26 novembre un message circulant sur les réseaux sociaux laissait entendre que le président de la Confédération africaine de football a déclaré que le Cameroun était prêt à 99%.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est: NON

Le 26 novembre se tenait la 13e assemblée générale extraordinaire de la confédération africaine de football. Alors que la cérémonie se déroulait encore, un message viral non signé a commencé à faire le tour des réseaux sociaux et de la messagerie WhatsApp. Le contenu indiquait « Priorité au Direct: Motsepe, président de la CAF à l’ouverture de l’AG de la CAF ce matin au Caire. « Cameroon is 99% ready. The passion I saw in Cameroon about Afcon , i have never seen it before . I am confident that we are going to have a wonderful AFCON in Cameroon in January ».

Face aux doutes de certains de nos lecteurs. Stopintox a décidé de se renseigner auprès du service de communication de la CAF qui après vérification a fait savoir qu’il s’agissait de 95%.

Un chiffre confirmé par le président de la CAF, Patrice Motsepe lui même au cours de la conférence de presse qui va suivre l’assemblée générale extraordinaire. Face à la question d’un journaliste ougandais qui évoquait lui le chiffre de 75%, il va corriger. « Non j’ai dit 95% » va retorquer le président de la CAF.

EXTRAIT DE LA CONFERENCE DE PRESSE

NON, le maire de Waza n’a pas restauré la dignité du Sous-préfet égratignée par le préfet Jean Lazare Ndongo Ndongo

Une vidéo de 2 minutes 03 secondes est abondamment relayée sur les réseaux sociaux depuis le 31 octobre 2021. Elle est accompagnée de la légende «Le maire de Waza restaure la dignité du Sous-préfet sortant égratignée par le Préfet lors de la cérémonie d’installation du nouveau Sous-préfet. 👏».

Nous avons vérifié. La réponse est : NON

La vidéo qui fait le tour des réseaux sociaux présente le maire de la commune de Waza, IBRAHIM MOHAMMED, en train de tenir un discours. Dans ce propos de circonstance, le maire vante les qualités de M. Nariki, sous-préfet sortant de l’arrondissement de Waza. Morceaux choisis . « Monsieur Nariki, il a pris les fonctions ici chez nous les moments chauds, où les problèmes de BH (Boko haram). M. Nariki avec sa relation entre la sous-préfecture et la Mairie et avec les maintiens de l’ordre maintenant à réduit ça à 10% (…)  M. Nariki c’est un homme d’expérience. (…) M. Nariki ne cherche pas les problèmes des autres. Il n’a que les problèmes de l’administration.»

Des propos aux antipodes de ceux tenus par le préfet du Logone et Chari, Jean Lazare Ndongo Ndongo, à l’endroit de l’autorité administrative sortante, lors de la cérémonie d’installation du sous-préfet de l’arrondissement de Waza, nommé le 15 octobre 2021 par décret présidentiel. Quelques extraits « Monsieur Bigna Mpam William appelé à d’autres fonctions. M. le sous-préfet sortant, votre passage à la tête de cette importante unité administrative a été émaillé de nombreux incidents dont l’origine était pour l’essentiel liée à votre indolence, votre manque d’anticipation et parfois votre peu dévouement au travail. Vous avez très souvent affiché une attitude désinvolte et un comportement indigne qui vous a mis en conflit avec beaucoup d’acteurs de la vie sociale et administrative… »

Jean Lazare Ndongo Ndongo tacle le sous préfet sortant de Waza Bigna Mpam William

Quand on écoute attentivement les noms prononcés par l’autorité administrative et l’autorité municipale, on se rend bien compte qu’il s’agit de deux personnes différentes même s’ils font référence au sous-préfet sortant de l’arrondissement de Waza. Le maire parle de NARIKI Patrice Mathieu Joël, administrateur civil, nommé le 22 mai 2017 par décret présidentiel comme sous-préfet dudit arrondissement. Le même décret que nous avons consulté sur le site de la présidence de la république, nomme à la page 14, BIGNA MPOUAM William, administrateur civil comme sous-préfet de l’arrondissement de Touroua dans le département de la Bénoué.

Dans le décret N° 2021/601 du 15 oct 2021 que nous avons consulté et disponible sur le site de la présidence de la république du Cameroun, la page 6 indique que Ngahet Adamou, administrateur civil, précédemment chef de cabinet du gouverneur de la région de l’Extrême-Nord est nommé sous-préfet de l’arrondissement de Waza en remplacement de Bigna Mpouam William, appelé à d’autres fonctions.

Le discours du maire lors de la cérémonie d’installation de M. Ngahet Adamou et d’aurevoir à Bigna Mpouam William dont nous avons eu un enregistrement audio, est orienté à l’endroit du sous-préfet entrant pour lui indiquer les réalisations et les tâches qui l’attendent. Il a conclu son propos par « permettez-moi de remercier le sous-préfet sortant. Avec le temps qu’il a fait avec nous ici, je le remercie pour tout ».

Les photos de ladite cérémonie que nous avons pu avoir, montrent le maire de Waza habillé en gandoura avec son écharpe de maire et ses médailles accrochées, loin de l’image de la vidéo en circulation.    

NON, le stade de Douala-Réunification ne va pas abriter des matchs de la Can 2021

Un document PDF intitulé « Calendrier Compet CAN 2021 » fait le tour des réseaux sociaux depuis le 24 octobre 2021 et dans laquelle on y retrouve trois matchs programmés au stade de Douala-Réunification et comptant pour la Can Total Energies 2021.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est: NON

Le document intitulé « Calendrier de la compétition CAN TotalEnergies Cameroun 2021/Fixtures of AFCON 2021» porte l’entête conjoint du COCAN 20-21, le Comité d’organisation de la Can 2021 et celle de la CAF, la Confédération Africaine de Football. Il apparait ainsi deux jours après la signature de l’accord cadre portant sur l’organisation de la 33ème édition de la CAN TotalEnergies 2021.

Ledit document dresse le tableau des matchs, donne les détails sur les groupes, les dates, l’heure et le lieu où les différents matchs comptant pour la phase finale de la CAN vont se jouer. Dans cette fiche, le stade de Douala-Réunification abrite trois matchs. Le jeudi 20 janvier 2022 à 19 heures, on note la rencontre Côte D’Ivoire vs Sierra Léone. ETC.

A Douala, seul Japoma est autorisé

Quand on fait un tour sur le site de la CAF, ( https://fr.cafonline.com/total-africa-cup-of-nations/) la Confédération Africaine de Football, l’instance dirigeante du football africain, le bandeau annonçant la Can Total Energies Cameroun 2021 du 09 janvier au 06 février est bien lisible. Quand on clique sur celui-ci, on tombe sur la page réservée à ladite compétition avec à la Une depuis le 30 août 2021, le calendrier des matchs de la Can TotalEnergies.

Le document PDF joint sous le texte permet de se rendre compte que six stades ont été sélectionnés pour abriter les matchs des 24 équipes réparties en six (06) poules en lice pour le trophée de cette messe du football africain. Sont concernés, les stades de Yaoundé-Olembé, Yaoundé-Ahmadou Ahidjo, Bafoussam – Kouekong, Garoua – Roundé Adjia, Limbé – Omnisports et Douala – Japoma. On note aussi que le match Côte d’Ivoire vs Sierra Léone programmé le 20 janvier dans le programme en circulation, se joue plutôt le dimanche 16 Janvier 2022 à 17 heures au stade de Douala-Japoma. La rencontre 2B vs 2F programmée à Douala-Réunification se joue bel et bien le 24 janvier 2022 mais plutôt du côté de Bafoussam- Kouekong. Le stade de Douala-Réunification ne figure donc pas parmi les stades devant abriter les matchs comptant pour la phase finale de la Can TonalEnergies 2021.

NON, la plaque de construction de la route Ebolowa-Akom2-Kribi n’a pas été installée suite aux mouvements d’humeur des populations

Le 27 septembre 2021, les populations de la localité d’Akom 2 dans la région du Sud Cameroun initient un mouvement d’humeur. Ils bloquent la route aux élites du coin venus pour le renouvellement des organes de base du RDPC, parti au pouvoir. Deux jours après, une plaque d’information du chantier de construction de ladite route fait le tour de la toile avec les commentaires qui indiquent les revendications des populations ont été prises en compte. Est ce bien le cas?

Nous avons vérifié. La réponse est: NON

Le 29 septembre 2021, la page de « Haman Cameroun officielle» avec 92.197 personnes abonnées écrivait ceci sur Facebook. « WEEEEKÈÈÈ Gouvernement de malheur. Donc il a fallu que les populations bloquent une route pour venir enfoncer des bois avec des écrits bizarres comme ça. Route EBOLOWA-AKOM2-KRIBI  Nous comprenons aussi finalement que le Cameroun se gère comme une chefferie de famille« . Ledit post a enregistré 170 réactions, 64 commentaires et 24 partages.

Capture d’écran d’un post Facebook annonçant
la pose de la plaque le 29 septembre 2021

Plusieurs publications de ce genre pullulent non seulement sur les réseaux sociaux mais également dans les médias traditionnels. La Une du quotidien d’expression anglaise « The Guardian Post Daily » du 1er Octobre 2021, indique que « Quand certains Camerounais sont plus Camerounais. Le gouvernement répond à la hâte aux demandes de protestation dans la région de Biya. Deux ministres se précipitent sur les lieux du jour au lendemain pour supplier les manifestants. Met à disposition 200 M CFA pour l’approvisionnement en électricité. Érige un panneau de projet pour signaler le goudronnage imminent de la route qui a déclenché une manifestation ».

Une The Guardian Post du 1e r Octobre 2021

Projet maturé et en recherche de financement

Le ministère des Travaux Publics est le maitre d’ouvrage du projet des travaux de construction de cette route Ebolowa – Akom II – Kribi et les voies de contournement Ebolowa- Akom II (81.60Km) contournement d’Ebolowa (1.4km) bretelle d’Akom II (4km) Akom II –Kribi (80Km) contournement de Kribi (12,3Km). À la cellule de communication du on dément cette information.

«La plaque qui est là, n’y est pas du fait du mouvement d’humeur observé comme beaucoup tendent à le faire savoir. Car, le temps qu’a duré cette grève ne peut permettre qu’on commence et achève les études de construction d’une telle infrastructure, qu’on mobilise les financements, qu’on attribue le marché….donc il faut éviter de faire passer une telle information à l’opinion ».

Précise Romaric Landry Alima

Avant d’ajouter que « la construction de cette route reste une priorité pour les pouvoirs publics, comme beaucoup d’autres disponibles dans la banque des projets dont les études sont achevées et à recherche de financement susceptible de démarrer dès l’année prochaine… et suivant »

Les travaux pourraient démarrer en 2022

Quand on consulte la fiche des projets matures au plan technique et à la recherche de financement passée en revue par le ministre des Travaux Publics au mois de mai 2021, pour la prise en compte desdits projets dans la programmation budgétaire triennale 2022-2024 on constate que c’est une infrastructure qui figure dans l’ensemble des projets déjà maturés au plan technique mais qui sont à la recherche de financement. Le projet numéro 10 de la fiche mise à notre disposition est bien intitulé « Travaux de construction de la route Ebolowa-Akom II- Kribi.» Il est localisé au dans la région du Sud sur la nationale N° 17. Le montant du financement en milliards indique 179,60. Dans la case niveau de maturation, les informations qui y figurent précisent que l’avant-projet détaillé et DCE disponibles. Contrat commercial signé. Négociation en cours avec la Standard Chartered Bank. L’année prévisionnelle de démarrage 2022.

Plaque d’informations datant de février 2020

Au sujet de la plaque d’information qui aurait été implantée pour calmer la colère des populations suite aux mouvements d’humeurs, la rumeur qui circule est fausse.

Joint au téléphone, Nestor Abdouraman, le délégué régional du ministère des travaux publics du Sud et ingénieur du marché tel que inscrit sur ladite plaque énonce que « La plaque a été placé depuis février 2020» avant de relever quelques in-conformités sur celle-ci

« La plaque ne contient pas les informations sur le numéro du contrat car il n’y a pas de contrat, il n’y a pas le numéro du marché, ni du financement. Le ministre avait anticipé et leur avait demandé de venir traiter les points critiques c’est-à-dire le point où il y a les bourbiers pour qu’au moins la circulation puisse se faire en attendant qu’on puisse passer le contrat en bonne et due forme.»

Nestor Abdouraman, le délégué régional du ministère des travaux publics du Sud

C’est donc pour traiter les points critiques de la route et faciliter la circulation que l’entreprise Gruppo ICM s’est activée sur le terrain en 2020 avant de se démobiliser car les procédures de négociation n’aboutissaient pas pour permettre la signature du contrat de construction de ladite route. La plaque d’information qui fait le tour des médias et des réseaux sociaux est donc là depuis.

La construction de la route Ebolowa-Akom II-Kribi a été attribuée à Gruppo CMC à la suite de la visite d’État effectuée par Paul Biya du 20 au 22 mars 2017 en Italie, comme le révèle cette article publié sur le site investir au Cameroun.

Armelle Sitchoma

NON, le docteur Kakisingi n’est pas décédé des suites de Covid19

La rumeur selon laquelle le docteur Lazare kakisingi serait décédé des suites de Covid19 n’est pas fondée. Ce médecin, gynécologue obstétricien à la clinique Idimed à Douala est décédé le 4 avril 2020. L’annonce officielle de sa mort faite par sa fille sur le compte Facebook du médecin parle d’une longue maladie.

La nouvelle de la mort de ce médecin très connu dans la ville de Douala est reprise sur les réseaux sociaux avec la mention selon laquelle il est décédé de Covid19.

Faux! Rétorque la famille. Son beau-fils, Serge Songue, fait savoir que son beau-père luttait depuis quelque temps contre un cancer et que c’est cela qui l’a emporté.

Un peu plus tard dans la journée du dimanche 5 avril 2020, la clinique Idimed où le défunt officiait prendra la peine de préciser à nouveau dans un communiqué que le docteur Kakisingi est mort des suite de très longue maladie et que sa dépouillé se trouve à l’hôpital militaire de Douala.

Une précision qui laisse clairement comprendre qu’il n’est pas décédé de Covid19 puisque l’enterrement dans ce cas-là a souvent lieu quelques heures après le décès.

RSS
Follow by Email