Non, ce réseau de lavage de préservatifs pour les remettre sur le marché n’a pas été démantelé au Cameroun

Depuis le 29 Mai 2021, une image exposant des préservatifs déjà utilisés, nettoyés et empilés dans des sacs en plastique fait le tour des groupes WhatsApp au Cameroun. Elle est présentée comme le résultat du démantèlement d’un réseau par la police.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

La photo qui fait le tour est accompagné du commentaire « Démantèlement par la police d’un  réseau de lavage de préservatifs pour les remettre sur le marché. » Les deux éléments sont précédés de la mention « transféré de nombreuses fois ».

Pour vérifier, nous avons entré ladite image dans l’outil de vérification d’image Yandex. Le résultat de la recherche d’images inversées a permis de trouver plusieurs autres photos semblables avec des liens d’article sur le sujet.

Binh Duong dans le sud du Vietnam

Parmi les liens, un article renvoi au site news du moteur de recherche Yahoo. Publié le 25 septembre 2020, l’article est titré « La police vietnamienne saisit 320 000 préservatifs usagés reconditionnés et vendus comme neufs». L’article qui cite le journal américain ‘Le New York Times’ et l’agence de presse ‘Associated Press’ indique qu’ « À leur arrivée à l’usine, les inspecteurs ont trouvé des sacs d’environ 320 000 préservatifs recyclés qui avaient été bouillis, séchés, remodelés, puis reconditionnés dans des sacs en plastique. »

L’agence de presse ‘Associated Press’ qui a publié son article le 24 septembre 2020,  reprenant les médias Vietnamiens dont le journal public Tuoi Tre , explique « À la suite d’un conseil d’un résident local, les inspecteurs du marché provincial de Binh Duong ont effectué ce week-end une descente dans une usine près de Ho Chi Minh-Ville où ils ont trouvé des préservatifs usagés reconditionnés pour être vendus au marché. »

Les faits remontent en septembre 2020

Nous avons entré les mots clés « Journal Tuoi Tre + recyclage préservatifs usagés pour la revente » et nous sommes tombés sur le lien du journal vietnamien Tuoi Tre qui relate ces faits. L’article qui situé les faits le mardi 22 septembre de l’année 2020 raconte aussi que c’est près de 324 000 préservatifs usagés, soit l’équivalent de 360 ​​kilos qui ont été recyclés dans l’établissement. La police a confisqué tous les produits de l’installation qui était située au DX12, quartier Hoa Nhut, quartier Tan Vinh Hiep, province de Binh Duong, située dans le sud du Vietnam. Pham Thi Thanh Ngoc, la propriétaire de l’établissement, a admis qu’elle avait reçu un apport mensuel de préservatifs usagés d’une personne inconnue.

Chaque année, les Vietnamiens utilisent 500 à 600 millions de préservatifs, selon les statistiques. L’utilisation de préservatifs provenant de sources de fabrication douteuses constitue une énorme menace pour la santé humaine, y compris une infection grave, précise l’article de Tuoi Tre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email