Tag Archives: Cameroun

Annie Payep -Nlepe : « Il faut adopter une loi qui oblige les détenteurs du pouvoir public à répondre aux journalistes »

La journaliste et fondatrice de Stopintox a fait cette déclaration au cours de la deuxième édition de la All AFFCameroon Conference qui s’est tenue à Yaoundé du 27 au 28 mars 2024.

La rencontre cette année était placée sous le thème « lutte contre les menaces numériques aux élections au Cameroun : stratégies de lutte contre la désinformation en période électorale ». Stopintox, partenaire de cet évènement a pris part à une table ronde sur le thème : « Média, désinformation et Démocratie au Cameroun : comment faciliter l’accès à l’information et la protection des sources/journalistes ». Les propos d’Annie Payep-Nlepe, Directrice de publication de Stopintox se sont articulés autour de la responsabilité des journalistes en période électorale et la nécessité pour les pouvoirs publics de donner l’information aux journalistes/

Faire de la période électorale, un moment de démocratie

La période électorale charrie beaucoup de passion du fait des enjeux. Toutefois, les acteurs du moment doivent tout faire pour que l’enjeu électoral ne prenne pas le pas sur le jeu électoral. Dans ce défi, Annie Payep-Nlepe interpelle la corporation des journalistes à faire leur travail en tenant compte de la sensibilité de certaines informations qui peuvent mettre le feu dans la baraque nationale.  « En période électorale plus que d’autres moments de la vie de la nation, les tensions sont vives et je pense que c’est encore plus perceptible dans nos pays où la démocratie n’est pas encore à son niveau idéal. Les institutions ne garantissent pas toujours la clairvoyance des choses, ce qui suscite doute, manque de confiance, soupçon de détournement des voix, etc. Toute cette ambiance a un impact sur comment est-ce que nous on attend une élection. C’est un moment difficile, c’est un moment exceptionnel qui ne faut pas prendre à la légère ». a déclaré la journaliste. Elle a ensuite évoqué la nécessité pour le journaliste de s’armer pour aborder la période électorale de manière à ne pas créer ou inventer l’information mais dire uniquement ce qui est vrai et donner la bonne information.

Annie Payep-Nlepe intervenant au cours d’un atelier pendant la ALL AFFCameroon Conference

L’accès à l’information, un impératif catégorique

Comme les autres panélistes présents à l’instar de Xavier Messe, directeur de publication de le Calame.net ….. la femme de média pense que l’accès à l’information ne doit pas être à tête chercheuse. Le détenteur du pouvoir ne doit pas privilégier uniquement les supports médiatiques à capitaux publics, ou ceux qui lui sont favorables, et encore moins le visage du journaliste qui recherche l’information.  » J’ai toujours dit qu’on a beau lutter contre les fausses informations, tant qu’on n’a pas accès aux données, tant qu’on n’a pas accès aux sources d’informations comme dans le journalisme en général, ça rend le travail plus difficile, plus compliqué et le résultat évidement plus faible ». Prenant l’exemple de ce qui se fait ailleurs, Annie Payep-Nlepe a rappelé qu’il est du devoir l’autorité publique de mettre à la disposition des journalistes, les informations dont ils ont besoin pour bien faire leur travail. « Ce n’est pas normal que ce soit parce que je connais Annie Payep personnellement, que je vais lui répondre par rapport à telle information qu’elle vient recouper. Ce sont les impôts des camerounais qui payent les fonctionnaires et les fonctionnaires ont l’obligation de tout faire pour que chaque corps de la société puisse travailler en paix et bien faire son travail. Moi je pense qu’il faut adopter une loi qui oblige les détenteurs du pouvoir public à répondre obligatoirement aux journalistes ».

Une protection absolue des sources

Peu importe les situations Annie Payep-Nlepe pense que la source du journaliste doit être protégée.  Elle insiste encore sur la disponibilité et l’accès à l’information. Elle propose qu’on crée un cadre adéquat pour rendre l’information en temps normal et en période électorale pour la fluidité de l’information. « La loi de 90 protège les sources d’information. C’est un droit protégé partout dans le monde. La loi établit très bien dans quel cadre, il peut être obligé à dévoiler sa source. Mais l’article 107 du code pénal vient vous obliger devant des militaires, des policiers, lors d’un interrogatoire à donner le nom de votre source sous des prétextes discutables. Ce n’est pas normal ». A martelé la journaliste.

Non, cette vidéo d’une jeune fille torturant un nourrisson n’a pas été tournée au Cameroun

Une vidéo devenue virale sur la toile présente une jeune fille torturant un nourrisson. Le lieu de tournage de cette vidéo est présenté comme étant tantôt au Cameroun, au Nigéria ou au Kenya.

Stopintox a vérifié pour vous. La réponse est : NON

Contexte

La vidéo devenue virale sur la toile fait le tour des réseaux sociaux. On y voit une jeune fille torturer un bébé. A l’aide d’un bâton, elle applique des coups sur le sexe du nourrisson. Elle le traîne au sol et marche sur son ventre, ignorant les cris de ce dernier. La vidéo de 1min18s a été largement partagée sur la messagerie WhatsApp, en témoigne la mention « Transféré de nombreuses fois ». Une légende interpellative accompagne cette vidéo. On peut y lire : « partager cette vidéo pour sauver ce bébé et traduire cette femme en justice ainsi que celui qui faisait cette vidéo ».

Vérification

Une recherche inversée de captures d’images sur Google Images donne plusieurs résultats. Les premiers renvoient à des articles de presse (ici et ici) rédigés au Nigéria. Les textes signés du 14 avril 2024 informent que l’Agence de lutte contre la violence domestique et sexuelle de l’État de Lagos a appelé le public à l’aider à identifier une femme capturée dans une vidéo virale agressant un bébé parce qu’il urinait par terre.

D’autres résultats de recherche renvoient vers le réseau social X (Twitter). Le compte officiel du journal kenyan « The Nairobi Times » reprend le 13 avril 2024 trois publications à ce sujet qui cumulent plus de 140 000 vues en quatre jours. Une vidéo qui suscite l’indignation de nombreux internautes. Ceux-ci dénoncent l’inhumanité de l’acte posée par cette jeune fille et appellent à l’arrestation et des sanctions exemplaires à son endroit, ainsi qu’à l’auteur de la vidéo.

A côté de cette publication du journal kenyan, un autre compte X indique que la dame a été arrêtée. Une vidéo de 1min14s associée au post montre la jeune fille assise à même le sol dans une maison, s’expliquant en langue avec des personnes qui n’apparaissent pas à l’écran. Dans un autre post, le même internaute indique que la scène se déroule au Burundi. Il fait savoir qu’il s’agit d’une baby-sitter qui maltraite le bébé alors que ses parents sont au travail.   

Une capture d’image de la jeune fille sur cette nouvelle vidéo, suivie d’une recherche sur Google images renvoie vers le compte certifié de Nshimirimana Jacques. Son profil le présente comme un commissaire aux droits de l’homme au Burundi. Il reprend sur un post du 09 avril, cette image de la jeune fille en prenant le soin de flouter son visage. Il y associe la vidéo virale. Son post situe les contours juridiques dans le cadre de cette affaire qui, dit-il, s’est déroulée au Burundi.

Capture du Post X du commissaire des Droits de l’homme au Burundi, Nshimirimana Jacques.

Le défenseur des Droits de l’homme relève que malgré la gravité du crime commis sur le nourrisson, aucune poursuite pénale n’est possible car la présumée auteure est un mineur de 14 ans alors que l’âge de responsabilité pénale au Burundi est de 15 ans révolus. « A souligner que la fille avait été embauchée avant l’âge légal d’admission au travail qui est fixé à 16 ans par le code du travail. Dans ce cas la responsabilité est partagée avec son patron. Les poursuites judiciaires doivent être plutôt engagées contre la personne qui se contentait de prendre la vidéo pour la non-assistance à une personne en danger », explique cet avocat-Conseil spécialisé en droits des personnes et de la famille.

La jeune fille de 14 ans, pénalement irresponsable au Burundi

Contactée, la Commission nationale indépendante des Droits de l’homme (Cnidh) du Burundi confirme que les faits se sont bien déroulés dans ce pays d’Afrique de l’Est le 06 avril 2024 dans la province Ngozi au Nord du pays. Le nourrisson n’a pas rendu l’âme tel que l’affirment des participants à une discussion dans un groupe Telegram où la vidéo a suscité des centaines de commentaires. « La fillette a reçu des soins intensifs et après trois jours est rentrée à la maison. Elle va bien jusqu’à présent et continue de se rendre à la structure sanitaire aux jours indiqués par son médecin, pour question de surveillance », informe le commissaire Jacques Nshimirimana, le Président de la sous-commission Promotion à la Cnidh du Burundi, en charge des droits de l’enfant.

Capture d’écran groupe Télégram à faire

Il relève également que la nounou est toujours au cachot de la police judiciaire de Ngozi pour question de ‘’protection’’ uniquement. « Car elle n’a aucun dossier pénal. Son extrait de naissance a confirmé qu’elle a 14 ans, donc pénalement irresponsable selon le Code pénal burundais qui fixe cet âge à 15 ans révolus », réitère -t-il à nouveau.

Une situation qui aurait été différente au Cameroun

Si au Burundi, le cadre légal ne prévoit pas de poursuite pénale contre la jeune baby-sitter incriminée et si la même scène avait eu lieu au Cameroun, les choses en auraient été autrement. Pour cause, il existe une différence entre le cadre légal en matière de travail des enfants au Cameroun et au Burundi. Au Cameroun, le code du travail fixe à 14 ans l’âge à partir duquel l’enfant peut travail. Mamouda Ferikouop qui le relève est le chef de division de la protection et la promotion des Droits de l’homme à la Commission des Droits de l’homme au Cameroun (Cdhc). Il indique qu’un mineur de 14 ans peut signer un contrat de travail, mais qu’il existe cependant des types de travaux que l’enfant ne peut pas faire.

« Si l’affaire c’était passée chez nous, cette baby-sitter de 14 ans serait en situation de travail. Elle peut faire face à la procédure pénale au Cameroun, contrairement à ce qui est applicable en droit burundais. Dans le code pénal ici, la responsabilité est graduelle. Les mineurs de 14 à 18 ans sont pénalement responsables conformément au code pénal de notre pays et peuvent subir des sanctions pénales », explique ce cadre de la Cdhc.

Au niveau des sanctions à infliger, Mamouda Ferikouop relève que la minorité en général dans presque tous les systèmes juridiques peut offrir une « excuse atténuante ». Il appartient ici au juge qui a accédé à toutes les informations autour de l’affaire, de voir à quel degré il peut atténuer la peine. Il s’agira aussi de voir quel type d’infraction sera retenue dans la pluralité d’infraction d’atteinte à l’intégrité physique (coups et blessures sur l’enfant ? les blessures graves ? …), apprend-on.

Mamouda note aussi la responsabilité pénale de la personne qui a filmé. « Si elle n’a pas dénoncé, n’a pas cherché à faire connaitre l’affaire à tout agent d’application de la loi, la personne peut également être poursuivie comme au Burundi pour non-assistance à personne en danger».  

Verdict

La vidéo virale sur la toile présentant une jeune fille qui torture un nourrisson a suscité l’indignation de nombreux internautes. Le lieu de tournage de la vidéo a été situé comme étant tantôt au Cameroun, au Nigéria, au Kenya, entre autres pays. Après vérification, ladite vidéo a été prise au Burundi.

Regarder la version vidéo

Mathias Mouendé Ngamo

Non, Cole Palmer n’a pas les origines camerounaises

Une information en circulation sur les réseaux sociaux veut faire croire que le footballeur Cole Palmer a des origines camerounaises et qu’il peut jouer pour la sélection du Cameroun.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est NON

Un compte X (anciennement Twitter), Footidien a dit dans une publication que Cole Palmer peut jouer pour le Cameroun. Cette information a suscité le doute chez Njie Enow, journaliste de sport. « Ou est-ce que les gens sont sortis avec cette histoire selon laquelle Cole Palmer est Camerounais ? C’est encore quel faux way comme ça ? », s’interroge-t-il. La publication s’interroge. « Cole Palmer, la star du club anglais de Chelsea a-t-il les origines africaines et camerounaises ? »

Vérification

Dans le souci de répondre à la question ci-dessus, nous avons effectué une recherche par mots-clés (Cole Palmer est Camerounais?) sur Google. Nous sommes tombés sur un article de Ouest France qui précise que le footballeur Cole Palmer est originaire des Caraïbes. « De son nom complet Cole Jermaine Palmer, le numéro 20 de Chelsea est né à Manchester (Angleterre), dans le quartier populaire de Wythenshawe, mais possède des origines caraïbéennes. En effet, son père, Cole Andrea, est originaire de Saint-Christophe-et-Niévès, un État situé dans les petites Antilles, dans la région des Caraïbes », peut-on lire.

Le journaliste sportif Anthony Pla a réagi sur les réseaux sociaux au sujet des origines africaines de Cole Palmer. Pour lui, c’est une fausse information et que le footballeur vient des Caraïbes. « Pour nos amis Camerounais qui abusent de la drogue visiblement… Cole Palmer n’a aucune origine au Cameroun. Son grand-père, Sterry Cole, a dit que les origines de sa famille sont à Saint-Kitts & Nevis dans les Caraïbes. Ils ont migré en Angleterre en 1955. Oui, il y en a qui ont vraiment cru cette Camerouniaiserie disant qu’il avait des origines au Cameroun », écrit l’analyste sportif dans une publication sur Facebook, le lundi 15 avril 2024.

Verdict

Au final, nous pouvons dire que le footballeur Cole Palmer n’a pas les origines camerounaises.

Non, cette image n’a pas été prise en Afrique du Sud

Cette photo devenue virale sur le réseaux social X notamment est présentée comme ayant été prise en Afrique du Sud.   

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est NON

L’effet Kanye West

Le 11 avril 2024, le compte X Hermaine M publie une image accompagnée d’un court commentaire : «We’ve got a new problem in South Africa ». Traduction, « Nous avons un nouveau problème en Afrique du Sud ». Cette image montre un couple habillé comme Kanye West et Bianca. Certains commentaires sous la publication disent que l’image vient du Nigéria et non de l’Afrique du Sud comme évoqué par Hermaine M. D’autres commentaires parlent du Cameroun. C’est un désaccord sur le lieu de la prise d’image. Le 12 avril 2024, le post comptabilise 3, 3 millions de vues, de 2000 commentaires, 2900 partages, 23000 Likes et 1 100 bookmarks pour une page suivie par 1.5 Millions de Followers.

Vérification

Dans l’optique d’en savoir plus, Stopintox fait intervenir des outils de vérification. La recherche avec TineEye,  Yandex et Baidu, ne donne pas de résultats exploitables.

En effectuant la recherche avec Google Lens, un seul des multiples résultats renvoie vers des liens sur les réseaux sociaux associant la photo qui fait l’objet de vérification. Deux liens nous conduisent vers une publication de l’artiste Mani Bella qui date du 09 avril 2024. Dans sa publication, elle évoque le fait que l’influence Kanye West est déjà arrivée au Cameroun. Une autre publication sur Instagram souligne que « Le Cameroun a son couple Kanye West ». Le post date du 10 avril 2024. Toutefois, ces résultats ne permettent pas de conclure que l’image est au Cameroun.

En parcourant les commentaires de la publication qui fait l’objet de vérification, nous avons repéré un commentaire qui précise que c’est au Cameroun. Nous lui avons demandé de nous donner plus de détails. La dame à l’origine commentaire nous a répondu que c’est à « Bonapriso chez Paul ! En face la croissanterie ». Cette réponse nous a permis de faire une recherche par mots-clés (la croissanterie à Bonapriso) sur Google. Nous avons confronté l’image à vérifier avec les images de notre équation de recherche. Le résultat de la confrontation conforte la réponse que nous avons eue en commentaire de la part d’un follower. C’est à partir de l’image ci-dessous que nous avons établi le lien avec l’image de vérification et les autres images du même couple que nous avons aussi trouvé sur les réseaux sociaux.

Verdict

En conclusion, nous pouvons dire que l’image ne vient pas de l’Afrique du Sud comme l’indiquait la publication de départ. Cette image a été prise au Cameroun, plus précisément à Douala au quartier Bonapriso.

OUI, Marc Brys a le diplôme requis pour entrainer les lions indomptables

Une information en circulation sur Facebook et abondamment transférée sur Wathsapp, laisse croire que le nouvel entraineur des Lions Indomptables n’a pas le diplôme adéquat pour être sur le banc de touche de l’encadrement technique de l’équipe fanion du Cameroun. Marc Brys a-t-il le diplôme requis ?

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est OUI

Contexte

Marc Brys est le nouveau sélectionneur des lions indomptables. Le Belge de 62 ans a été porté à la tête de la sélection comme l’a annoncé le ministre des Sports et de l’Education physique, Narcisse Mouelle Kombi, dans un communiqué de presse. L’ancien joueur remplace Rigobert Song dont le contrat arrivé à son terme n’avait pas été renouvelé, en fin février dernier. Dans l’équipe du nouvel entraîneur, on retrouve Giannis Xilouris et l’ancien footballeur congolais Joachim Mununga.

Il aura deux adjoints camerounais : François Omam Biyick, qui signe son retour dans la tanière, et Ashu Cyprien Besong. L’ancien Lion Alioum Boukar est également de retour comme entraîneur adjoint chargé des gardiens de but. Autre ancien international dans le staff, Dany Nounkeu qui est le nouveau Team manager. Germain Noël Essengue est le Team press alors que le Dr William Ngatchou revient  comme médecin. Du côté de la coordination des sélections, il y a également du changement, puisque Benjamin Banlock remplace Benoît Angwa.

Juste après la publication du nouveau staff des lions indomptables, la Fecafoot a fait une sortie sur lsa page Facebook pour dire qu’elle a appris tout comme les camerounais la nomination de la nouvelle équipe technique et qu’elle n’a pas été associée au processus. L’instance faitière du football national a adressé une correspondance au Minsep pour dénoncer le non-respect des procédures dans le processus du recrutement du nouvel entraineur. Elle a ensuite annoncé qu’elle ne va pas reconnaitre Marc Brys.

Dans le sillage du front Fecafoot-Minsep, la page Facebook, Le continent camerounais a publié le vendredi 05 avril 2024, une information selon laquelle le nouveau patron de l’encadrement technique de la sélection senior du Cameroun n’a pas le diplôme approprié pour être sur le banc de touche, en indiquant que l’information vient de la Fifa.   « Selon la FIFA Mr Marc Brys n’a pas le diplôme d’entraîneur homologué pouvant lui donner accès à un banc d’une équipe Nationale d’un pays. Tout comme un bon Agent de joueurs. Rigobert Song a le Diplôme UFA de Catégorie B. Il est reconnu comme entraîneur FIFA.  Le recrutement d’un entraîneur qui sera assuré par la FIFA ne se fait pas au hasard. Il faut que la Fédération du pays concerné approuve la compétence requise du fonctionnaire international. L »État du Cameroun a précipité des choses en ignorant la FIFA. Elle attend des plus amples explications accompagnées des références », peut-on lire. La publication au moment, où nous mettons l’article sous presse enregistre  93 commentaires, 123 partages et 212 réactions. La publication a été également partagée de nombreuses fois dans les groupes WhatsApp. La page en question compte 7600 followers.

Vérification

Nous avons contacté la page Le continent camerounais pour avoir la source de leur information, il n’y a pas eu de réponse. En cas de réaction, nous mettrons à jour l’article.

Pour vérifier cette information, nous sommes allés sur les plateformes de communication de la FIFA, la page Facebook, le compte X ainsi que le site, nous n’avons pas vu une telle information concernant le nouveau coach des lions indomptables.

Nous avons opté pour une recherche par mots-clés sur Google pour avoir une idée précise sur le diplôme de Marc Brys. En prenant en compte les résultats de recherche des sites de football réputés, nous avons constaté que l’information donnée par la page, Le continent camerounais n’est pas juste. Sur le site de transfermarkt, il est indiqué que le technicien belge Marc Brys est titulaire Licence pro UEFA.

Nous avons cherché également à savoir si son diplôme lui permet de prendre la tête d’une sélection nationale. Il ressort sur le site de l’Union des Associations Européennes de Football qu’il propose plusieurs diplômes, notamment la Licence Pro UEFA. « L’UEFA propose des licences aux niveaux C, B, A et Pro, ainsi que des qualifications spécialisées aux niveaux B juniors, juniors Élite A, B gardiens, A gardiens et B futsal », peut-on lire. Lorsqu’on observe, l’on peut se rendre à l’évidence que la catégorie PRO est donc la plus élevée. Outre le fait que c’est le diplôme le plus élevé de l’UEFA, il permet à son détenteur de faire valoir sa compétence à l’international. « Délivrée par l’UEFA, la licence UEFA Pro est l’ultime qualification pour les entraîneurs qui aspirent à un profil international. Cette certification est supérieure à la licence UEFA A et B. Requise pour quiconque souhaite gérer (avec au moins douze semaines de temps d’équipe) une équipe de football au plus haut niveau de leur championnat national, la licence professionnelle de l’UEFA est tout aussi requise pour la participation aux événements sportifs de grandes envergures tels: que la Ligue des champions de l’UEFA et la Ligue Europa », indique le site Sport passion info au sujet des bienfaits de la Licence Pro UEFA.

Regard de l’expert

Nous avons contacté par Messenger, le journaliste sportif Anthony Pla pour avoir son avis sur la publication. Il reconnait d’abord que la Fifa ne s’est pas prononcé sur la nomination du nouvel entraineur sélectionneur du Cameroun. « La FIFA ne s’est jamais exprimée sur cette question », écrit-il. S’agissant de savoir si le diplôme de Marc Brys lui donnait la qualité d’être sélectionneur du Cameroun. Il répond par l’affirmative. « Mais bien sûr, Licence Pro UEFA, il n’y a pas plus haut. S’il n’avait pas sa License, en Belgique son club aurait payé 20-25 000€ d’amende à chaque match », explique l’analyste sportif. « La même chose pour Song. Si Song n’avait pas ses diplômes la Fecafoot aurait payé des amendes à la CAF et FIFA à chaque match », ajoute-t-il.

Verdict

Au terme de notre processus de vérification, nous pouvons dire que la FIFA ne s’est pas prononcée sur le diplôme de Marc Brys. Le coach belge a une Licence Pro UEFA et ce diplôme lui permet d’entrainer à l’international.

NON, la route sur cette image n’est pas au Cameroun

Cette image en circulation sur les réseaux sociaux depuis le lundi 11 décembre 2023, laisse croire qu’il s’agit d’une route camerounaise.

Stopintox a vérifié pour vous. La réponse est : NON

La page Facebook Haman Cameroun a publié une image le lundi 11 décembre 2023 montrant une route dont l’épaisseur du goudron est considérablement réduit, au point où deux hommes parviennent à se tendre la main. La publication de l’image est accompagnée du message suivant : « donnez un titre à cette image ». La page en question met en commentaire le titre : « je vais chez Cavaye ». Cavaye Yeguié Djibril est l’actuel président de l’assemblée nationale. Un autre commentaire laisse entendre que C’est sur la route de Guirvidik à Maroua dans la Région de l’Extrême-Nord du Cameroun. La publication de Haman Cameroun enregistre au moment de la mise de l’article en ligne, 170 réactions, 104 commentaires et 1 partage. Darling Nguevo qui a aussi publié l’image en citant la source ci-dessus. le mot de publication de l’image laisse croire que c’est la route nationale numéro 1 reliant Maroua et Kousseri. La publication de Darling Nguevo comptabilise 165 réactions, 24 commentaires et 22 partages.

Vérification

Pour avoir le cœur net sur l’origine de l’image, nous avons effectué une recherche inversée d’image. Avec Google Reverse images et Bing reverse images, nous avons trouvé l’origine de l’image. Elle a été prise en 2021 comme l’indique les résultats. C’est la route Bulawayo Nkayi au Zimbabwé. L’auteur de l’image est Eng Brian Makoyi.

Verdict

Au bout de la vérification, nous pouvons tirer comme conclusion que l’image est trompeuse et hors contexte. Il ne s’agit pas d’une route dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun. C’est de la manipulation.

OUI, Seules trois personnes dans le monde voyagent sans passeport

Une publication sur twitter en date du 27 septembre 2023, indique que trois personnes au monde voyagent sans passeport. Stopintox a vérifié pour vous.

La réponse est : OUI

Le 27 septembre 2023, Michel Ralph F publie sur twitter que « Samuel Eto’o autorisé à voyager dans 125 Pays avec ni visa ni passeport! ». La publication est assez commentée et partagée et suscite même un débat.  En republiant cette publication, une page intitulée EndAnglophoneCrisis mentionne qu’« il n’y a que 3 personnes dans le monde qui voyagent sans passeports. Le Roi d’Angleterre, l’impératrice et l’empereur du Japon ».  Les statistiques enregistrent 09 commentaires, 40 partages et 151 likes.

Vérification

Pour avoir une idée précise sur la déclaration, nous avons fait une recherche par mots-clés sur Google. Les résultats de recherche montrent un article de Le Figaro dans sa version en ligne à l’occasion de la visite du Roi Charles III en France. Cet article est intitulé : « Le saviez-vous ? Charles III est l’une des trois personnes au monde à pouvoir voyager sans passeport ». Rédigé par Sophie VINCELOT et publié le 20/09/2023 à 08:00, mis à jour le 22/09/2023 à 09:26.

L’article en question souligne que le roi Charles III de Grande-Bretagne est l’une des trois personnes au monde qui peuvent voyager sans passeport. Depuis son accession au trône en septembre 2022, il n’a plus besoin de passeport, car en Angleterre, les passeports sont émis au nom du souverain régnant, et les passeports britanniques sont désormais délivrés au nom de Charles III. Les documents n’utilisent plus le terme de «Her Majesty» («Sa majesté», en français, qui désignait Elizabeth II), mais de «His Majesty», faisant directement référence au monarque âgé de 74 ans.

Outre Charles III, l’empereur Naruhito du Japon et son épouse, l’impératrice Masako, sont les deux autres personnes au monde qui peuvent voyager sans passeport. Ceci dit, d’autres membres de la famille impériale japonaise doivent utiliser des passeports diplomatiques pour voyager à l’étranger.

Verdict

La publication de EndAnglophoneCrisis est correcte. Seuls le Roi d’Angleterre, l’impératrice et l’empereur du Japon se déplacent à l’étranger sans passeport.

NON, Dangote Cement Cameroon n’a pas lancé un recrutement de 500 personnes

Un communiqué annonçant l’offre de recrutement pour 500 places au sein de l’entreprise de cimenterie appartenant au milliardaire nigérian Aliko Dangoté a circulé sur la toile. Stopintox a vérifié pour vous.

La réponse est : La réponse est : NON

StopIntox a pris connaissance, en même temps que les internautes, d’un communiqué abondamment relayée sur les réseaux sociaux (Facebook, WhatsApp et Twitter), qui annonce une offre de recrutement de 500 places dans les différentes branches de l’entreprise Dangote Cement Cameroon. On peut y lire que les postes à pourvoir sont : managers de projets, Marketistes, magasiniers, comptables, personnel de sécurité, conducteurs de camion et travailleurs d’usine.

Vérification

L’entreprise concernée par le communiqué de recrutement a apporté un démenti à travers une publication sur sa page Facebook, le jeudi 20 juillet 2023. Le communiqué de préciser que les lieux indiqués pour avoir des informations fiables sur les recrutements au sein de cette structure sont la page Facebook officielle et le compte LinkedIn. « Vous êtes ici sur la seule page habilitée à poster des annonces d’emploi, celle-ci en plus de notre compte Linkedin. Toute autre page postant de quelconques offres d’emploi n’est pas légitime. Par ailleurs notez que nous ne vous demanderons jamais d’argent dans le processus de recrutement, nos adresses mail sont officielles et nos communiqués n’ont pas de fautes. Ne vous laissez pas avoir et signalez tout contenu non officiel », peut-on lire dans ce communiqué.

Capture écran de la photo accompagnant le démenti de Dangote

Nous avons joint également via WhatsApp, Bernado Duarté, le Chef de la cellule de communication de Dangote Cement Cameroon. Il confirme qu’il s’agit d’un faux communiqué de recrutement. Il décrit le processus interne de démenti d’une fausse information concernant leur structure et indique la procédure d’authentification d’une information venant de leur entreprise. « Habituellement nous nous servons de l’élément en y mettant la mention « fake » pour un démenti. Sur nos différentes pages officielles nous communiquons les recrutements ainsi que les adresses exactes pour postuler ou discuter avec un staff de la communication », écrit-il.

Dans un contexte social de précarité, les fausses annonces d’emplois circulent. Stopintox vous invite à faire preuve de vigilance. Toujours se référer aux sources officielles pour avoir la bonne information. Ne jamais hésiter à se rendre sur le site internet de l’entreprise concernée ou encore les pages officielles.

NON, un zèbre n’a pas été aperçu dans les rues de Douala

Une image en circulation sur la toile depuis deux semaines présente un zèbre en divagation dans une rue. La légende qui accompagne cette photo indique qu’elle a été prise à Douala, la capitale économique du Cameroun. Stopintox a vérifié pour vous.

La réponse est :  NON

L’image est en circulation sur plusieurs pages Facebook depuis le 21 juin 2023. On la retrouve ici, ici ou ici. Elle présente un zèbre non loin de la chaussée. L’animal est entouré de quelques curieux qui prennent des photos. Un des habitants touche la bête. Les conducteurs de mototaxis observent la scène au loin. «Un zèbre en plein jour, si on t’explique les choses de cette ville de Douala jusqu’à tu comprends, sache qu’on t’a pas bien expliquer (…)», peut -t-on lire au-dessus de la quasi-totalité des posts. L’image apparait dans 33 publications sur Facebook en date du 07 juillet 2023. Sur ce compte, le post a totalisé 872 commentaires, 103 partages et près de 4912 Like en deux semaines.   

Vérification

Une première vérification consiste à scruter l’image. En effectuant un zoom sur la photo, on peut apercevoir un kiosque de l’opérateur de téléphonie mobile Airtel. Une entreprise de télécommunication qui n’est à cette date pas implantée au Cameroun.

Nous procédons ensuite à une recherche d’image inversée sur Google Images. Les résultats présentent plusieurs publications où cette image apparait. La recherche permet de constater que la photo est en circulation sur plusieurs plateformes de réseaux sociaux Facebook, Twitter, TikTok, Linkedin, notamment.  Ce post sur Linkedin d’un utilisateur au profil « écologiste et consultant environnemental» donne une piste. La publication faite il y a un mois indique que «un #zèbre se serait égaré hors du parc national de Naïrobi pour se rendre dans la ville densément peuplée de #Kitengela ».

Photo prise à Kitengela au Kenya

Capture d’écran de l’article sur le site Citizen Digital

La suite des investigations dans les résultats de la recherche d’image inversée conduit à cet article du site internet Citizen Digital publié à la même période que le post Likedin (le 7 juin 2023). Il est intitulé « Un zèbre échoué fait sensation dans la ville de Kitengela ». Kitengela est une ville située à 34 km au sud de Naïrobi, la capitale du Kenya. Le reportage rédigé en anglais fait savoir que le zèbre a été aperçu mardi 6 juin. L’animal a d’abord été vu dans une tranchée de drainage en face de l’hôpital pour femmes de Nairobi, non loin du cœur de la ville de Kitengela. L’article donne la parole aux habitants qui racontent leur rencontre avec un zèbre qu’ils n’avaient jusqu’ici vu qu’en image ou à la télévision.

Pour justifier la présence de l’animal au milieu des hommes, le reportage indique qu’ «il y a une vingtaine d’années, avant l’urbanisation rapide, Kitengela était une vaste plaine sans entraves, grouillant de nombreux animaux sauvages, qui se mêlaient librement au bétail Maasai (…). Certaines parties de Kitengela, qui borde le parc national de Nairobi, ont servi de couloir de migration pour les animaux sauvages».

Aussi, en effectuant une recherche sur le site internet Airtel Africa, on retrouve le Kenya dans la liste des 14 marchés de l’opérateur de téléphonie mobile. Le Cameroun n’y figure pas.

Conclusion

L’image d’un zèbre en divagation dans une rue qui circule sur la toile n’a pas été prise à Douala au Cameroun. La photo a été capturée le 6 juin 2023 à Kitengela,  une ville située près de Naïrobi au Kenya.  

Mathias Mouendé Ngamo

OUI, le MINSEP envisage de faire revenir André Onana au sein des Lions Indomptables

Une correspondance en circulation sur les réseaux sociaux fait part de la volonté de Narcisse Mouelle Kombi, ministre des sports et de l’éducation physique de faire revenir André Onana à la sélection nationale de football du Cameroun. Certains internautes ont émis des réserves sur son authenticité.

Nous avons vérifié pour vous, la réponse est : OUI

Malgré la décision du portier camerounais de fermer définitivement la porte à l’équipe des Lions Indomptables, le ministre espère un retour de l’actuel meilleur gardien de ligue des champions européenne, comme l’indique la correspondance envoyée au club le 19 avril, jour de la qualification de l’Inter Milan pour la demi-finale de ligue des champions.

Une annonce quelque peu surprenante qui a jeté un doute sur l’authenticité du document.

LIRE AUSSI: Désinformation: Armelle Sitchoma aux USA dans le cadre d’un programme spécialisé

« Nous vous prions de bien vouloir permettre à ce talentueux gardien, qui a été jusqu’ici l’un des maillons forts de cette équipe d’assouvir son désir de continuer à représenter son pays d’origine et à faire rêver des millions de compatriotes en le mettant à la disposition des lions indomptables dès que besoin sera », conclut le Minsep dans sa correspondance.

Vérification

Après vérification auprès du  Chef de la cellule de communication du ministère des sports et de l’éducation physique, nous pouvons dire que le Document est authentique. Nous l’avons contacté via messagerie WhatsApp. A la question de savoir est-ce que le document en circulation sur la toile au sujet de l’éventuel retour d’André Onana au sein de la tanière des lions indomptables est authentique, Gabriel Nloga répond, « affirmatif ».

Écarté du groupe camerounais lors de la Coupe du monde, le gardien de l’Inter Milan avait annoncé sur ses réseaux sociaux qu’il mettait un terme à sa carrière internationale. A 26 ans seulement.

RSS
Follow by Email