Non, il n’y a pas eu 19 morts lors de la tuerie de Kumba

Dans un tweet, une internaute ayant pris part à une marche organisée à Kumba à l’occasion du deuil national le 31 octobre 2020 indique qu’il y a 19 enfants morts et non plus 7.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Dans le tweet posté à 17h11 samedi 31 octobre 2020, l’internaute indique que : « Nous avons beaucoup marché et sommes arrivés au Kumba District Hospital et c’est là que nous apprenons que ce n’est plus juste 7 enfants mais 19 enfants qui sont morts lors du #Kumbamassacre L’ambulance était là car des femmes s’évanouissaient de douleur. #EndAnglophoneCrisis ».

En 24h, ce tweet a enregistré plus de 400 interactions, dont 280 Retweets et 151 Likes. Cette publication fait partie d’un ensemble d’autres tweets postés sous la forme de thread avec des images et des vidéos. L’internaute qui totalise 6000 abonnés ne cite pas la source qui a communiqué ce nouveau chiffre.

capture d’écran du tweet en date du 1er novembre 2020.

Dans un autre tweet, elle précise qu’elle s’est rendue en tant que citoyenne à Kumba avec d’autres sœurs.

Kathe Djiaha est citée parmi les femmes faisant partie de cette délégation. La journaliste en service à Équinoxe Télévision (une télévision privée basée à Douala) que nous avons contactée fait savoir que ce chiffre de 19 a été avancé par une dame qui a fait un discours devant la morgue de l’hôpital de district de Kumba.

Une vidéo en circulation

Dans la vidéo de 38 secondes que la journaliste nous fait parvenir, on peut effectivement voir une dame devant une foule en noir. Elle cite des noms. A l’appel de chaque nom, la foule fait des décomptes. Pour cette séquence de la vidéo reçue, la lecture de la liste s’ouvre sur le 7ème nom et se referme sur le 19ème nom lu.

« N’est-ce pas on nous avait dit que c’était 7 ? » ,

s’exclame en pidgin, un anglais argotique, une voix d’homme dans la vidéo.

La vidéo en circulation

Mais en prêtant une oreille attentive à la lecture, Stopintox a pu déceler des noms faisant partie de la liste des sept d’élèves tués lors du massacre du 24 octobre (Zakame Rema, Jenifer, Che.. ). Au milieu de tous ces bruits de la foule, Stopintox a également pu écouter de manière un peu audible les noms de quatre élèves figurant dans la liste des blessés après cette attaque.  Il s’agit de Mbong Blessing, Akidam Francis, Tifu Lydia Favour et Efouet Therese. Une liste des victimes disponible depuis le jour de l’attaque armée attribuée aux séparatistes.

Plusieurs personnes toujours en détresse

« C’était les noms de toutes les 19 victimes. Parmi les 19, il y avait sept établis morts confirmés et douze qui étaient blessés. L’intention, c’est pour que les gens sachent qu’il y a plusieurs qui sont toujours en détresse. Certains sont toujours gravement malades. On priait pour eux, afin qu’ils s’en sortent de la situation. Il y en a qui sont gravement en détresse parmi les 12 blessés. D’autres ont des problèmes psychologiques. Tout était bien indiqué dans le papier que lisait Esther Omam, une militante de la société civile», indique Atim Taneform, une humanitaire qui a également lu un discours ce jour-là.

Après une petite prière et quelques mots, Esther Omam a alors déroulé la liste des 19 victimes (morts et blessés). Elle a été talonnée sur l’estrade par Atim Taneform qui a été choisie ici pour délivrer le message des femmes porté par l’Ong ‘’She Build Peace’’.

«Dans le papier de Esther Omam, il y avait tout. Le type de blessure ; l’âge des enfants. C’était clairement indiqué qu’il s’agissait des noms des morts et des blessés. Il y avait tellement de bruits et d’émotions. Les gens criaient. Le préfet venait d’arriver sur les lieux»,

note Atim Taneform. Elle précise qu’elle a pris part à cette manifestation en tant qu’individu et pas au nom de son organisation.

Dans un autre tweet, l’auteure de la publication qui prête à confusion poste une photo d’elle avec Franck Foute. Elle indique avoir rencontré ce journaliste de Jeune Afrique sur le terrain à Kumba. « nous avons pu marcher côte à côte avec la douleur… C’était dur ! », écrit -t-elle.

« Il n’y a pas 19 corps à la morgue »

La liste des élèves morts et décédés communiquée à la suite de l’attaque du collège Mother Francisca International Bilingual Academy de Kumba le 24 octobre 2020. Source: Crtv.cm

Franck Foute que nous avons eu au téléphone le lendemain de la célébration du deuil national est formel. « Je peux confirmer qu’il y a sept corps à la morgue de Kumba. Pas plus. Certains blessés sont sortis. J’ai échangé avec des sources médicales et des journalistes qui étaient là lorsqu’on admettait les corps à la morgue. Il n’ y a pas dix neuf corps à la morgue», soutient le journaliste de Jeune Afrique.

En rappel, l’attaque du collège Mother Francisca International Bilingual Academy sis au quartier Fiango à Kumba, dans la région du Sud-ouest, a fait six morts sur le champs, soit cinq filles et un garçon. Une autre élève a rendu l’âme à l’hôpital. Des victimes âgées entre 9 et 12 ans. Les cadavres ont été déposés à la morgue de l’hôpital de district de Kumba. Les blessés ont été conduits à l’hôpital Mayemene Annexe de Kumba, à Buea et à Mutengene.

Mathias Mouendé Ngamo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email