Non, le gouvernement Camerounais n’a pas autorisé l’importation des poulets Congelés du Brésil

Depuis le 5 avril 2021, plusieurs publications sur les réseaux sociaux indiquent que le Cameroun reprend avec l’importation des poulets congelés du Brésil.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

La nouvelle barre la Une du quotidien Le Jour du mercredi 7 avril 2021. La titraille indique : « Alerte, Le poulet congelé est de retour ». Le chapeau poursuit en disant « sous le prétexte non déclaré d’une pénurie induite par la crise sanitaire liée au coronavirus, le gouvernement camerounais vient de légaliser l’entrée ‘ de produits et sous-produits aviaires’  importés du Brésil. La filière avicole qui avait repris du poil de la bête se sent à nouveau menacé.»

Depuis ce 7 avril, cette Une fait le tour des médias sociaux avec des commentaires du genre Attention… “N’achetez pas le poulet congelé qui est de retour au Cameroun actuellement. Car, votre santé compte ooo’’.

une capture des messages en circulation sur la toile

Poussins et des œufs à couver à importer

Joint par stopintox, Perin Nzie, responsable à la Cellule de Communication du ministère de l’Elevage, des pêches et des industries animales dément cette information. “Pas de poulet congelé. Ce sont uniquement les œufs à couver et les poussins comme cela se passe auprès de certains pays européens“, précise t-il.

Nous avons fait le tour des autres journaux du jour pour vérifier cette nouvelle. La Une du quotidien Mutations paru le même jour indique plutôt que le Cameroun va importer des poussins et des œufs à couver du Brésil pour relancer le secteur et pallier la pénurie du poulet en cours.

Au journal parlé de 13h du 7 avril 2021 sur le poste national de la Crtv, la radio nationale, le premier titre évoque le sujet. La présentatrice ouvre son journal avec le titre : « Aviculture, le poulet camerounais a du plomb dans l’aile. La production locale vole bas, alors que la demande plane à plus de 60 millions de volailles. Une correspondance du ministre de l’Elevage à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun ouvre la voie à l’importation des produits et sous-produits aviaires pour donner un nouvel élan à la filière. Entre conjecture autour d’un retour du congelé et réalité d’un secteur grippé, le 13h mène l’enquête. »

Pas de poulet congelé au Cameroun

Cette édition du journal parlé qu’on peut réécouter via ce lien, mène une enquête sur le sujet. À 24mins41 secondes, la présentatrice annonce qu’« En ce moment aucune importation de poulet n’est en vue au Cameroun. » une déclaration qu’elle attribue au président de l’interprofession avicole du Cameroun.

Dès 25mins 06 secondes du journal, François Djonou, le président de l’interprofession avicole du Cameroun est l’invité du 13h. Joint par téléphone, il répond aux questions du journaliste Luc Bienvenue Onana.

À la première question du journaliste à l’invité à savoir : est-il vrai que les importations du poulet sont de retour au Cameroun ? La réponse est catégorique «Il n’y aura pas de retour d’importation de poulet congelé au Cameroun. »

La 2ième question revient sur la correspondance du ministre de l’Elevage adressée à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun, dont l’interprofession semble être à l’origine et qui est la source de cette nouvelle. « Si vous regardez très bien la première phrase de cette correspondance, elle dit bien que le but est de diversifier les sources d’approvisionnement en intrants avicoles. Il s’agit donc de permettre aux acteurs de la filière avicole locale d’importer des OAC (œufs à couver), des poussins d’un jour ou des parentaux du Brésil. C’est ça le but de la lettre du ministre.

La lettre de la discorde

La lettre N°000411/MINEPIA/SG/DSV du 22 mars 2021 adressée par le ministre de l’Elevage, des pêches et des industries animales à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun dont nous avons eu copie, a pour objet : accord pour l’importation de produits aviaires. Elle continue en précisant que « Dans le cadre du développement de la filière avicole camerounaise et de la diversification des fournisseurs d’intrants, j’ai l’honneur d’accepter l’importation de produits et sous-produits aviaires du Brésil, conformément aux exigences sanitaires et zoo sanitaires du Cameroun et du Brésil, ainsi qu’aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé animale (…). L’information des services vétérinaires du Cameroun au moins 24 heures avant le jour et l’heure d’arrivée des produits ou du matériel génétique avicole. »

Selon les normes de l’OIE, les produits et sous-produits doivent provenir d’un pays indemne d’influenza aviaire. La grippe qui pousse le Cameroun à fermer ses portes à l’Europe et se retourner vers le Brésil. « Il y’a une pénurie sur le marché parce que depuis mars 2020 avec la crise du covid, il y a eu réduction drastique des vols commerciaux entre l’Europe et le Cameroun. C’est l’Europe qui était notre principal pourvoyeur en intrants avicoles. Avec ces réductions de vols, nous ne pouvions pas importer des parentaux depuis l’Europe. Ce qui a créé une pénurie dans les secteurs parentaux. Et en novembre dernier, la grippe aviaire est venue aggraver la situation. C’est ce qui explique le manque de poulet sur le marché », explique François Djonou.

Retrouvez les articles vérifiés de stopintox sur Youtube

Armelle Sitchoma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS
Follow by Email