Category Archives: Emploi

Oui, la Sosucam recrute un infirmier diplômé d’Etat accoucheur

Un avis de recrutement en circulation dans les réseaux sociaux depuis quelques jours indique que la Société sucrière du Cameroun recherche un infirmier diplômé d’Etat accoucheur.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : OUI

L’appel à candidature en circulation en ligne fait savoir que le poste est à pouvoir aussi bien en interne qu’en externe. Le candidat retenu exercera dans l’entreprise Sosucam située à Mbandjock, à 100 Km de Yaoundé. Il bénéficiera d’un Contrat à durée déterminée (Cdd) et d’un rang d’agent de maîtrise.

Le document énumère les pièces à fournir à envoyer à l’adresse mail recrutement@sosucam.somdiaa.com au plus tard le 1er juillet 2020 à 17h. L’avis de recrutement est signé de Essomo André Sylvain, présenté comme le directeur des ressources humaines adjoint.

Rendu sur le site internet de Sosucam, filiale du groupe Somdiaa, ledit avis de recrutement n’est pas visible dans la sous-rubrique « Offres d’emploi ». Le dernier avis de recrutement ici publié date du 14 février 2020.

Sur le nom présenté comme celui du directeur des ressources humaines adjoint, une petite recherche sur le moteur de recherche Google avec les mots clés « Essomo André Sylvain » renvoie à deux références indicatives. La première est celle d’un compte Facebook rattaché à ce nom. On peut lire dans l’onglet « A Propos » ‘’A travaillé à Sosucam’’.

L’autre référence est un ” rapport de mission d’audit et appui à la démarche qualité” de Sosucam de 2005. Essomo André Sylvain y figure dans la liste des « Auditeurs qualité présents à la session de travail de Nkoteng »   

Document authentique

Avis de recrutement authentique en circulation sur la toile.

Même si l’avis de recrutement ne figure pas sur le site internet de cette entreprise du secteur agroalimentaire qui totalise 55 ans d’activité, il s’agit cependant d’un document authentique.  

« C’est une information. C’est une vraie offre. Tout ce qui y est dit est exact. Cette offre a d’ailleurs été publiée dans le journal Cameroon Tribune. Que les Camerounais intéressés postulent »,

a rassuré Barbara Melem, responsable de la Communication de Sosucam, jointe par Stopintox.

La responsable de la Communication confirme que Essomo André Sylvain qui signe le document daté du 18 juin 2020 en circulation sur la toile est bien le directeur des ressources humaines Adjoint de Sosucam. Elle rassure aussi que l’adresse électronique mentionnée dans cet avis est bien celle utilisée lors des recrutements.

Non, le Port autonome de Douala ne recrute pas 135 gestionnaires de logistique et transport

Un avis de recrutement en circulation sur la toile indique que le directeur du Port autonome de Douala (Pad) a annoncé l’ouverture d’un recrutement de 135 gestionnaires chefs et gestionnaires adjoints à la Régie du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Les documents en circulation portent en en-tête les logos du Port autonome de Douala (Pad) et de la Régie du terminal à conteneurs (Rtc). L’annonce indique que le Pad recherche pour les postes ciblés 85 candidats de niveau baccalauréat et 50 autres de niveau Bts. Des conditions à remplir pour être retenus et rejoindre l’équipe du Pad sont énumérées. Le 22 juin 2020 à 15h est noté comme la date limite du dépôt des dossiers.

Rendu sur le site internet du Port autonome de Douala le 17 juin, le dernier article publié dans la rubrique « Actualité » annonce un recrutement, mais il s’agit ici du recrutement de sept pilotes. Dans le communiqué y relatif signé le 23 avril 2020, Cyrus Ngo’o, le directeur général du Pad « porte à la connaissance du public concerné que la date limite de dépôt de dossiers relatifs au recrutement de sept (07) pilotes est reportée au 30 juin 2020 à 15h30 ».

Le document indique à la fin que ledit appel à candidature peut être consulté sur le site internet www.pad.cm.  Aucun article ou document sur ce site ne fait état d’un recrutement de 135 gestionnaires de logistique et transport.

Sur la page Facebook du Pad aussi, aucun post au sujet d’un quelconque recrutement n’y figure. La dernière actualité publiée à 15h08 le 16 juin 2020 est relative au projet de sécurisation de l’espace portuaire à travers la vidéo surveillance et la construction de la barrière périmétrique en cours.

Sur un précédent post la veille 15 juin, on retrouve les deux documents en circulation sur les réseaux sociaux. Ils sont marqués en rouge de l’inscription « Fake ». Le message qui accompagne cette photo est « Attention : Arnaque ». Sans plus. 

La Rtc jouit d’une autorité administrative et financière

Jointe par Stopintox, la direction de la communication du Port autonome de Douala a indiqué qu’il s’agit de faux documents.

« Il n’y a pas d’appel à candidature. Ce document est un Fake », a indiqué Raoul Simplice Minlo, le directeur de la Communication du Pad.

Il relève plusieurs incohérences dans cette annonce. « Le Port autonome a ses caractères propres. La Rtc a ses caractères. Le Pad a son logo à part, la Rtc le sien. Ils ne se mélangent pas », fait-il savoir. Sur le document « fake », les logos des deux entreprises sont juxtaposés.

Sur un document de la Rtc disponible sur la page Facebook du Pad, on remarque justement que le logo du Pad n’est pas associé à celui de la Rtc. Le document n’est d’ailleurs pas signé de Cyrus Ngo’o, mais plutôt de Faustin Dingana. Il est le directeur délégué de la Rtc. Il a été nommé le 11 décembre 2019 par décision du directeur du Pad. Bien que placée sous l’autorité du Dg du Pad, cette régie jouit d’une autorité administrative et financière.  

Des adresses mail Fake

Autre alerte sur le document « Fake », les adresses électroniques ne sont ni celles du Pad ni celles de la Rtc. Le document fake affiche l’adresse rtc.pad@my.com, une sorte de mauvaise compilation des deux entités Pad et Rtc. Mais dans la réalité, l’adresse e-mail de la Rtc qui se présente sous la forme d’une adresse coorporate est rtc@rtcdouala.cm. Adresse consultable sur le pied de page de ce document officiel.

Un document officiel de la Rtc tirée de la Page Facebook du Pad.

La petite enveloppe qui représente l’onglet « Courriel » en haut de page du site internet du Pad renseigne que l’adresse électronique de cette société est pad@pad.cm.

A l’observation, les documents Fake ont emprunté des éléments de bas de page des documents officiels de la Rtc, en modifiant les adresses électroniques, les numéros de téléphone et de fax.

On ne paie pas pour des recrutements

Pour finir, un autre fait à relever. Il est demandé aux postulants de verser une somme de 21 500 F. Cfa. Mais le directeur de la Communication rassure qu’il n’est pas demandé de l’argent au candidats lors des  recrutements.

« Le Port autonome de Douala ou la Rtc ne demande pas d’argent pour les recrutements », a-t-il martelé.

Il annonce qu’un communiqué sera rédigé et mis en ligne pour alerter les usagers sur ce « Fake » en circulation.

Non, le Fonds national de l’emploi (Fne) ne propose pas des profils pour des envois de contrats de travail par mail

Plusieurs jeunes camerounais ont reçu dans leur boîte mail des contrats pour un travail et une résidence au Canada ou au Cameroun. D’après le message électronique, les profils des candidats ont été proposés par le Fonds national de l’emploi (Fne).

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Le mail truffé de coquilles  indique au destinataire que son profil a été proposé au serveur automatique via http://www.fnecm.org. Lorsque ce n’est pas « Volontariat usaid » qui propose à la ‘’recrue’’ une opportunité de stabilité financière grâce à un travail et une résidence au Canada, c’est l’entité Sobricam Service Sarl (qui se présente comme une structure de placement du personnel) qui offre un emploi à Douala ou Yaoundé, dans une entreprise brassicole.

Pour le cas de Sobricam, une fiche de modalités pratiques et un contrat de travail sous forme Pdf sont joints au mail. Le premier document demande au candidat de fournir entre autres, une lettre de motivation, un Cv, une fiche de bonne moralité, une fiche d’engagement professionnel et un certificat médical. Pour l’obtention des deux dernières fiches mentionnées et pour le certificat médical, il est demandé au destinataire du mail de débourser une somme de 13 500 FCFA par transfert via express Union. Le nom du bénéficiaire et son numéro de téléphone sont clairement indiqués.

C’est seulement après versement de ladite somme que le candidat est supposé recevoir des fiches supplémentaires par mail pour le dépôt du dossier complet à l’hôtel Mont Fébé, pour la ville de Yaoundé. Le salaire proposé sur le contrat est de 225 115 F. Cfa. Mais au Fonds national de l’emploi, l’on indique qu’il s’agit purement et simplement d’une arnaque. Et le phénomène prend de plus en plus de l’ampleur.

« Nous avons reçu cette information par le biais de nos différents followers dans nos fora. Ils ont atteint un nouveau palier en envoyant des contrats d’emploi ‘’fake’’ sous forme Pdf, censés prouver à cette cible que tout est bon. Qu’il n’y a plus qu’à payer une petite somme soit pour frais de traitement de dossier, soit pour examens médicaux. Beaucoup se laissent avoir, tant la désespérance face au chômage empêche certains à faire preuve de prudence», déplore Eric Christian Mota, le chef cellule Communication Fne Bali.

IIl relève d’ailleurs quelques indicateurs qui démontrent qu’il s’agit d’un Fake. Cette information est un fake à plusieurs niveaux :

1- l’Usaid par prédilection traite des affaires concernant les USA.

2- la manipulation approximative du français.

3- la gestion de la migration professionnelle est basée sur les compétences et non sur le rêve d’une meilleure vie. Le Fne n’est pas là pour faire rêver.

4- aucune somme n’est déboursée par le postulant.

Non, le Fonds national de l’emploi (Fne) n’envoie pas des mails de recrutement au poste de téléconseiller pour Cameroon Technology

Plusieurs jeunes camerounais ont reçu ces derniers jours des mails annonçant que leur profil a été retenu par le Fonds national de l’emploi (Fne) pour un poste de téléconseiller dans une entreprise de la place.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Le courriel précise que les candidats sont retenus pour des postes à Douala et Yaoundé «sous réserve » de certaines dispositions. Le message relève également que les promus qui bénéficieront d’un salaire de base de 95 000 F. CFa doivent envoyer une photo 4X4 et un plan de localisation par mail aux adresses fnecameroon@gmail.com et cameroontechnology@gmail.com. Le mail fait savoir que les candidats doivent en outre effectuer un dépôt de 3700 F. Cfa via Mobile Money uniquement. Ces frais, à en croire le message, représentent la contribution de la jeune recrue au séminaire de 5 jours de recyclage avant la mise en fonction.

Il n’en est rien. Au Fonds nationale de l’emploi (Fne), service public d’emploi, l’on indique qu’il s’agit d’une arnaque. Plusieurs plaintes ont été remontées au bureau régional du Fne à Bali. «Une jeune dame est venue se renseigner à l’agence de Bali. Elle avait été contactée par téléphone par ces arnaqueurs. Le lendemain, jour du rendez-vous, le numéro qu’elle devait joindre ne passait plus. C’est à l’agence qu’elle découvre qu’elle venait d’échapper à une arnaque», raconte Eric Christian Mota, le chef cellule Communication Fne Bali. Il a aussitôt lancé un message d’alerte en ligne pour éviter des victimes.

Eric Christian Mota relève plusieurs incongruités dans l’offre des «arnaqueurs». En premier lieu, l’adresse mail indiquée aux candidats pour l’envoi des pièces complémentaires n’est pas celle du Fne. La bonne adresse mail de l’institution est contact@fnecm.org. Celle du bureau de Douala est fnebali@fnecm.org. Le site internet est logé à l’adresse www.fnecm.org. Le responsable de la communication note aussi que plusieurs démarches employées par les auteurs cachés derrière ce mail ne rentrent pas dans les principes du Fonds national de l’emploi.

«On n’inscrit pas les gens en ligne. L’inscription se fait physiquement dans nos bureaux. Nous ne demandons pas de l’argent. Ce n’est pas logique que quelqu’un qui va vous payer votre premier mois de salaire vous demande de l’argent pour vous embaucher », précise Eric Christian Mota.

En rappel, l’inscription au Fonds national de l’emploi (Fne) se fait sur présentation physique du postulant dans les bureaux de l’institution. L’inscription est gratuite. Le candidat ne débourse aucun sou. Après inscription, le candidat qui est inséré dans la base de données du Fne sur le plan national se voit attribuer un numéro et un conseiller emploi. Il peut changer de conseiller selon son désir. Lorsqu’une offre se présente, le Fne envoie les profils correspondants à la société demanderesse.  

Non, la BEAC n’a publié aucun avis de recrutement

Un texte annonçant un recrutement à la BEAC circule depuis la semaine dernière sur les réseaux sociaux. Ce communiqué émane t-il de l’institution bancaire?

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Une lettre supposée signée du Secrétariat général de la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique Centrale) annonce un recrutement au sein de cette institution. La lettre parle du recrutement de 500 agents de sécurité, 300 agents de « Tri d’argent » et 400 comptables financiers. Bémol, cette annonce n’est pas disponible sur le site de la BEAC.

Pour se rassurer, l’équipe de StopIntox a joint par téléphone, Abdoullahi Oumar, de la cellule de communication de la BEAC. Il a assuré qu’il s’agit d’une “infox” (Fake news) et que l’absence de cette information sur le site de la BEAC prouve à suffisance de sa non légitimité.

Indices

Quelques indices sur le communiqué en question permettent justement de douter de sa véracité:

  1. Le logo au bas de la lettre.
  2. L’absence de nom sur la signature
  3. Aucun concours de la BEAC n’est payant. Dans le faux communiqué pourtant, il est demandé de payer une somme de 10.000 FCFA par un compte Express Union.
  4. L’annonce n’est pas datée
  5. La traduction anglaise de la BEAC. Dans le document en circulation, BEAC est traduit en anglais comme «State Bank of Central Africa ». Or la bonne traduction de la BEAC en anglais est Bank of Central African States.
  6. Les agents qui ne sont pas cadres supérieurs de la BEAC sont affectés au Cameroun. Dans le communiqué, il est dit que les agents recrutés seront repartis dans toutes les agences de la BEAC dont le Gabon, le Congo, la Guinée Equatoriale, le Cameroun, la République Centrafricaine.
  7. La BEAC abrège Centrafrique par RCA et non pas par RC comme c’est le cas dans la fausse lettre.
  8. Et comme nous l’avons dit, le texte n’est pas disponible sur le site internet de la BEAC.

NON, Ecobank Cameroun n’a pas publié un avis de recrutement massif

Une annonce circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours faisant état d’un recrutement massif à Ecobank Cameroun.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Un document très partagé sur les réseaux sociaux notamment twitter, facebook ou whatsApp annonce un recrutement massif à Ecobank Cameroun. Pas moins de 14 postes sont listés dans l’annonce qui s’achève par une adresse mail par lequel on peut envoyer son dossier.
Nous avons joint au téléphone la directrice marketing et communication de Ecobank Cameroun, Evy BEND, qui fait savoir que l’annonce est non fondée.
Cette banque panafricaine dispose en effet des canaux officiels pour la publication de ses annonces, notamment son site internet www.ecobank.com et ses réseaux sociaux officiels.

NON, la compagnie aérienne nationale camerounaise Camair-Co ne recrute pas 130 hôtesses

Une annonce circulant sur les réseaux sociaux depuis quelques jours fait état de ce que la Cameroon Airlines Corporation (Camair-Co), la compagnie aérienne nationale du Cameroun, recrute 130 hôtesses.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Une annonce partagée abondamment sur les réseaux sociaux, Facebook et Whatsapp, notamment, indique que la compagnie aérienne camerounaise Camair-Co a lancé un recrutement de 130 hôtesses de salle/lounge pour le compte de l’année 2019. Ladite annonce attribuée à la responsable des hôtesses de Camair-Co énumère les pièces à fournir et fixe la date limite du dépôt des dossiers par courriel électronique au 15 juin 2019 à 16h.

Il s’agit en réalité d’une fausse annonce. Dans un communiqué signé de la direction générale de la compagnie aérienne lundi 10 juin 2019, «Camair-Co tient à préciser que cette offre d’emploi n’émane pas de ses services et décline à cet égard toute responsabilité y relative». La compagnie nationale rappelle dans le même document rédigé en français et en anglais, qu’elle dispose de canaux officiels pour la publication de ses annonces. Il s’agit en effet de son site internet : www.camair-co.cm, de ses comptes Facebook, Twitter, Instagram et Linkedin. L’entreprise peut également communiquer par voie de presse écrite ou parlée.

Ce n’est pas la première fois que ce Fake News annonçant le recrutement de 130 hôtesses à Camair-Co circule sur la toile. Au mois de mars et avril 2019, la même annonce a été partagée sur les réseaux sociaux. Le Top management de la compagnie aérienne a également publié un communiqué en guise de démenti, à ces occasions-là.

Mathias Mouendé Ngamo

RSS
Follow by Email