Category Archives: Economie

Oui, la Sosucam recrute un infirmier diplômé d’Etat accoucheur

Un avis de recrutement en circulation dans les réseaux sociaux depuis quelques jours indique que la Société sucrière du Cameroun recherche un infirmier diplômé d’Etat accoucheur.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : OUI

L’appel à candidature en circulation en ligne fait savoir que le poste est à pouvoir aussi bien en interne qu’en externe. Le candidat retenu exercera dans l’entreprise Sosucam située à Mbandjock, à 100 Km de Yaoundé. Il bénéficiera d’un Contrat à durée déterminée (Cdd) et d’un rang d’agent de maîtrise.

Le document énumère les pièces à fournir à envoyer à l’adresse mail recrutement@sosucam.somdiaa.com au plus tard le 1er juillet 2020 à 17h. L’avis de recrutement est signé de Essomo André Sylvain, présenté comme le directeur des ressources humaines adjoint.

Rendu sur le site internet de Sosucam, filiale du groupe Somdiaa, ledit avis de recrutement n’est pas visible dans la sous-rubrique « Offres d’emploi ». Le dernier avis de recrutement ici publié date du 14 février 2020.

Sur le nom présenté comme celui du directeur des ressources humaines adjoint, une petite recherche sur le moteur de recherche Google avec les mots clés « Essomo André Sylvain » renvoie à deux références indicatives. La première est celle d’un compte Facebook rattaché à ce nom. On peut lire dans l’onglet « A Propos » ‘’A travaillé à Sosucam’’.

L’autre référence est un ” rapport de mission d’audit et appui à la démarche qualité” de Sosucam de 2005. Essomo André Sylvain y figure dans la liste des « Auditeurs qualité présents à la session de travail de Nkoteng »   

Document authentique

Avis de recrutement authentique en circulation sur la toile.

Même si l’avis de recrutement ne figure pas sur le site internet de cette entreprise du secteur agroalimentaire qui totalise 55 ans d’activité, il s’agit cependant d’un document authentique.  

« C’est une information. C’est une vraie offre. Tout ce qui y est dit est exact. Cette offre a d’ailleurs été publiée dans le journal Cameroon Tribune. Que les Camerounais intéressés postulent »,

a rassuré Barbara Melem, responsable de la Communication de Sosucam, jointe par Stopintox.

La responsable de la Communication confirme que Essomo André Sylvain qui signe le document daté du 18 juin 2020 en circulation sur la toile est bien le directeur des ressources humaines Adjoint de Sosucam. Elle rassure aussi que l’adresse électronique mentionnée dans cet avis est bien celle utilisée lors des recrutements.

Non, le Port autonome de Douala ne recrute pas 135 gestionnaires de logistique et transport

Un avis de recrutement en circulation sur la toile indique que le directeur du Port autonome de Douala (Pad) a annoncé l’ouverture d’un recrutement de 135 gestionnaires chefs et gestionnaires adjoints à la Régie du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Les documents en circulation portent en en-tête les logos du Port autonome de Douala (Pad) et de la Régie du terminal à conteneurs (Rtc). L’annonce indique que le Pad recherche pour les postes ciblés 85 candidats de niveau baccalauréat et 50 autres de niveau Bts. Des conditions à remplir pour être retenus et rejoindre l’équipe du Pad sont énumérées. Le 22 juin 2020 à 15h est noté comme la date limite du dépôt des dossiers.

Rendu sur le site internet du Port autonome de Douala le 17 juin, le dernier article publié dans la rubrique « Actualité » annonce un recrutement, mais il s’agit ici du recrutement de sept pilotes. Dans le communiqué y relatif signé le 23 avril 2020, Cyrus Ngo’o, le directeur général du Pad « porte à la connaissance du public concerné que la date limite de dépôt de dossiers relatifs au recrutement de sept (07) pilotes est reportée au 30 juin 2020 à 15h30 ».

Le document indique à la fin que ledit appel à candidature peut être consulté sur le site internet www.pad.cm.  Aucun article ou document sur ce site ne fait état d’un recrutement de 135 gestionnaires de logistique et transport.

Sur la page Facebook du Pad aussi, aucun post au sujet d’un quelconque recrutement n’y figure. La dernière actualité publiée à 15h08 le 16 juin 2020 est relative au projet de sécurisation de l’espace portuaire à travers la vidéo surveillance et la construction de la barrière périmétrique en cours.

Sur un précédent post la veille 15 juin, on retrouve les deux documents en circulation sur les réseaux sociaux. Ils sont marqués en rouge de l’inscription « Fake ». Le message qui accompagne cette photo est « Attention : Arnaque ». Sans plus. 

La Rtc jouit d’une autorité administrative et financière

Jointe par Stopintox, la direction de la communication du Port autonome de Douala a indiqué qu’il s’agit de faux documents.

« Il n’y a pas d’appel à candidature. Ce document est un Fake », a indiqué Raoul Simplice Minlo, le directeur de la Communication du Pad.

Il relève plusieurs incohérences dans cette annonce. « Le Port autonome a ses caractères propres. La Rtc a ses caractères. Le Pad a son logo à part, la Rtc le sien. Ils ne se mélangent pas », fait-il savoir. Sur le document « fake », les logos des deux entreprises sont juxtaposés.

Sur un document de la Rtc disponible sur la page Facebook du Pad, on remarque justement que le logo du Pad n’est pas associé à celui de la Rtc. Le document n’est d’ailleurs pas signé de Cyrus Ngo’o, mais plutôt de Faustin Dingana. Il est le directeur délégué de la Rtc. Il a été nommé le 11 décembre 2019 par décision du directeur du Pad. Bien que placée sous l’autorité du Dg du Pad, cette régie jouit d’une autorité administrative et financière.  

Des adresses mail Fake

Autre alerte sur le document « Fake », les adresses électroniques ne sont ni celles du Pad ni celles de la Rtc. Le document fake affiche l’adresse rtc.pad@my.com, une sorte de mauvaise compilation des deux entités Pad et Rtc. Mais dans la réalité, l’adresse e-mail de la Rtc qui se présente sous la forme d’une adresse coorporate est rtc@rtcdouala.cm. Adresse consultable sur le pied de page de ce document officiel.

Un document officiel de la Rtc tirée de la Page Facebook du Pad.

La petite enveloppe qui représente l’onglet « Courriel » en haut de page du site internet du Pad renseigne que l’adresse électronique de cette société est pad@pad.cm.

A l’observation, les documents Fake ont emprunté des éléments de bas de page des documents officiels de la Rtc, en modifiant les adresses électroniques, les numéros de téléphone et de fax.

On ne paie pas pour des recrutements

Pour finir, un autre fait à relever. Il est demandé aux postulants de verser une somme de 21 500 F. Cfa. Mais le directeur de la Communication rassure qu’il n’est pas demandé de l’argent au candidats lors des  recrutements.

« Le Port autonome de Douala ou la Rtc ne demande pas d’argent pour les recrutements », a-t-il martelé.

Il annonce qu’un communiqué sera rédigé et mis en ligne pour alerter les usagers sur ce « Fake » en circulation.

NON l’alerte sur l’arnaque dans les banques n’est pas du ministère des Finances du Cameroun, MAIS le phénomène est réel

Une capture d’écran de la page Facebook « MINFI » accompagnée du message « Alerte du Ministère des Finances sur la montée du phénomène de l’arnaque électronique dans les banques » fait le tour des réseaux sociaux notamment la messagerie WhatsApp. Cette alerte est-elle réellement du ministère des Finances du Cameroun ?

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est: NON

Ladite page enregistre 9389 likes et compte 10121 personnes abonnées. Elle est spécialisée finance et poste régulièrement des sujets sur l’activité du ministre des finances et ses collaborateurs.

Le post en question avec pour titre : « L’arnaque électronique est entrée dans les banques » a enregistré 372 réactions, 106 commentaires et 1467 partages en 7 jours. 

capture de la page Facebook qui usurpe le ministère des finances

En réalité, cette page dénommée « MINFI » n’est pas celle du ministère des Finances du Cameroun. Approché avec l’image qui circule sur facebook et whatsapp jusqu’à présent, Yve Assala, le chef de division de la communication et des relations publiques au ministère des Finances, indique que cette page n’est pas celle du ministère des Finances. Il ajoute que l’administration travaille sur son portail qui sera bientôt en ligne.

Si ladite page utilise l’armoirie du Cameroun comme photo de profil et l’image de la façade du ministère des finances comme photo de couverture, la section « à propos » indique qu’il s’agit d’un site web informatique et internet et non la page du ministère des Finances.

La banque ne demande jamais le code pin du client

L’alerte n’est certes pas du ministère des finances, mais il est important de rappeler que le message véhicule un problème réel et récurent. L’arnaque électronique dans les banques existe depuis plusieurs années. Quand on rentre les mots clés « Arnaque banque Cameroun » sur le moteur de recherche Google, une multiplicité des articles renseignent sur la gravité du phénomène.

En 2016, le site internet actucameroun.com relatait les déboires de certains clients de la Bicec Cameroun, victimes de l’arnaque à la carte.  « Cameroun – BICEC: Des clients victimes d’arnaque à la carte bancaire »

Face à la montée de ce phénomène, plusieurs banques ont mis sur pied une assurance carte en cas de perte ou de piraterie bancaire. Cet article du site internet du quotidien gouvernemental cameroon-tribune.cm datant de 2019 explique comment assurer et protéger sa carte face à l’arnaque à la carte dans les banques.

Pour mieux comprendre le mode opératoire des arnaqueurs, nous avons contacté Valdes Nzalli, Expert en Sécurité des Systèmes d’information. Il explique que

« cette arnaque s’appuie sur la crédulité du client bancaire qui se dit que sûrement si quelqu’un a autant de détails sur son compte c’est que c’est forcément sa banque. Ce qui est une erreur grossière car un agent véreux travaillant par exemple à l’informatique dans la banque peut avoir accès à toutes ces informations et les passer à un complice pour monter l’arnaque. Très souvent c’est le personnel de l’informatique qui a tous ces accès leur permettant de voir ton compte, le solde, les derniers mouvements et autres.»

D’après l’expert, pour se prémunir, les banques ont un ensemble de mesures de contrôle pour limiter qui a accès à quoi, mais toutes les banques n’ont pas les moyens ou la connaissance pour les implémenter.

Pour lui, la meilleure protection reste au niveau du client. Aucune banque ne va jamais demander le code pin d’un client.

NON, le prix de l’essence n’est pas revu à la baisse au Cameroun

Une rumeur selon laquelle le prix de l’essence va connaître une baisse se fait de plus en plus entendre ces derniers jours au Cameroun. Stopintox a vérifié. Il n’en n’est rien.

Tout est parti d’un courrier du secrétaire général à la présidence de la République adressé au secrétaire général des services du premier ministre et dans lequel on peut lire que le président de la République a marqué son haut accord à certaines propositions. Parmi ces propositions, on peut lire que Paul Biya accorde à la Sonara une marge minimale de 47,68 FCFA, accorde aux importateurs, y compris la Sonara, une marge de 15FCFA par litre et revalorise les droits de passage au profit de la SCDP à hauteur de 2FCFA par litre.

Courrier du SGPR au SG des services du PM qui a prêté à confusion

Stopintox s’est rapproché de la caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures, la CSPH. Alain Pascal EKOLLO, chef service de la gestion des prix fait savoir que les prix à la pompe ne changent pas. « Rien dans ce courrier ne l’indique. C’est tout ce que je peux vous dire pour le moment ». Une autre source interne à l’entreprise de préciser qu’il y’ a juste eu une revalorisation de droit de passage de la société camerounaise de dépôt pétrolier (SCDP) et celle des importateurs et le poste sortie Sonara ».

Prix appliqués à la pompe au Cameroun depuis janvier 2016

C’est la même réponse qui nous parvient du côté de la cellule de communication de la société camerounaise de dépôt pétrolier. Joseph Emmanuel Ba’ana, le chef de la cellule de communication se fait plus précis en indiquant que « la revalorisation du taux de passage à 2f/litres permettra déjà de passer de 7fcfa à 9fcfa et rétablir le passage tel qu’il était quand il a été supprimé en 2014. À ce moment nous étions partis de 9.41fcfa /litre à 6fcfa. Ce changement permettra à la SCDP de générer davantage de revenus qui lui permettront d’investir dans la construction de nouvelles capacités de stockage ». Il poursuit en rappelant clairement que « cette revalorisation n’a aucune incidence sur les prix à la pompe car, des mécanismes de péréquation sont mis en œuvre au niveau de la CSPH pour établir les prix à la pompe ».

Le document mal interprété précisait d’ailleurs déjà que la marge minimale ainsi accordée  à la Sonara était « sans incidence sur le niveau actuel des prix à la pompe ».

En cas de doute sur une information qui circule, merci d’écrire à l’équipe de stopintox au numéro Wathsapp : +237 680 00 94 88.

Non, la Beac ne va pas mettre en circulation les billets de 2 500 ou 25 000 FCFA

Une image montée de plusieurs billets de banque circule depuis mardi 21 janvier au soir sur les réseaux sociaux. Un message présente ces billets comme étant des nouvelles coupures que la Beac va mettre en circulation dans les 6 pays de la Cemac.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est: NON

Le post partagé de manière virale

Premier Hic, un léger zoom sur lesdits billets permet de lire “BANKY FOIBEN’I MADAGASIKARA”. Une recherche rapide sur Google images permet de retrouver la page “Malagasy AH Malagasy ISIKA” sur facebook. Une page qui a posté ce même montage avec d’autres images plus claires desdits billets depuis le 2 octobre 2015 pour certains et le 9 avril 2019 pour le montage qui circule en ce moment sur les réseaux sociaux au Cameroun.

Second hic, une fois analysé sur TinEye, l’outil affiche 6 résultats. Sur les 6, on peut lire que cette photo a été mise en ligne pour la première fois le 18 avril 2017 sur le site banknoteworld.com, un site qui fait la parité entre la monnaie malgache et le dollar. Le lien ebay.ie contenu dans la recherche converti et vend cette monnaie malgache en euro.

Approché avec les images qui circulent sur facebook et whatsapp jusqu’à présent, le chef de division de la communication et des relations publiques au ministère des Finances, précise que ces spécimens sont faux.

Contactée, une source à la cellule de la communication de l’institution financière indique que l’institution n’envisage pas de créer de coupure de billets de 2500 ou de 25000 FCFA comme l’indique l’image. La source d’ajouter que l’émission sur le marché des coupures avec de nouveaux montants répond à une demande précise. Il n’est nulle question de fantaisie et que pour le moment ce besoin n’a pas été exprimé en Afrique centrale. Une autre source de rappeler toutefois que « le comité ministériel de l’UMAC réuni en octobre 2019 avait donné un quitus à la BEAC pour l’émission d’une nouvelle gamme de billets. Le processus pour l’émission des nouveaux billets est long. Ce projet ne peut être qu’à son début ».

En d’autres termes, la BEAC prépare bien une nouvelle gamme de billets, mais à ce jour il n’est nullement envisagé de mettre sur le marché monétaire des coupures avec de nouvelles valeurs.

Rendu sur le site de l’institution au www.beac.int, dont les dernières informations mises en ligne datent du 21 janvier 2020, dans la rubrique “Billets et pièces” les billets valides y sont présentés. Il n’y est  fait mention nulle part de l’arrivée de nouvelles coupures.

Non, le Pdg du Groupe Bocom n’a pas obtenu l’exclusivité d’exploitation des minerais au Cameroun

Des posts en circulation sur WhatsApp depuis quelques jours indiquent qu’une convention signée avec le ministre des Mines, de l’Industrie et du développement technologique accorde à Dieudonné Bougne l’exclusivité d’exploitation des minerais sur le sol camerounais.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Yaoundé, le 14 novembre 2019. Le ministre des Mines et Dieudonné Bougne lors de la signature de la convention.

Une convention a bien été signée entre les deux parties jeudi 14 novembre 2019 à Yaoundé. Contrairement au message en circulation sur les réseaux sociaux, elle n’octroie pas l’exclusivité de l’exploitation des minerais. Elle concerne plutôt l’exploitation minière du fer d’Akom II, dans la région du Sud. Cet acte entre le ministre des Mines, Gabriel Dodo Ndoke, mandant de l’Etat et la société anonyme de droit camerounais G-Stones Resources S.a, représentée par Dieudonné Bougne, Pdg du groupe Bocom, prévoit l’exploitation sur près de 40 ans de la mine sur 3 kilomètres. G-Stones Resources S.a prévoit de produire 2 millions de tonnes de concentré de fer par an et de générer 3500 emplois directs. Le montant global des investissements s’élève à 1,5 milliard de dollars (environ 900 milliards de F. CFA).

Le groupe Bocom qui apporte ces précisions fait savoir que pour aboutir à ce projet d’exploitation, G-Stone Resources S.a a collaboré avec des experts canadiens. Les travaux ont été menés pendant plus de 8 ans et consignés suivant la norme canadienne NI 43-101. Ils ont permis de mettre en évidence une réserve de fer certifiée de 160 millions de tonnes titrant en moyenne à 35% Fe. Aussi, les concentrés de fer produits seront pour leur majorité transformés localement au sein du complexe sidérurgique que la société doit construire non loin de la mine. Sur les 500 000 tonnes de billettes à produire par an au début du projet, 150 000 tonnes seront commercialisées et 350 000 tonnes transformées en fer à béton.

Superficie précise

Le groupe Bocom ne saurait avoir l’exclusivité d’exploitation des minerais au Cameroun. Le chapitre 3 du Code minier camerounais intitulé « Des principes et des instruments de développement du secteur minier » en son Article 5 Alinéa 1 stipule que : « les substances minérales contenues dans le sol et le sous‐sol du territoire de la République du Cameroun, ses eaux territoriales et son plateau continental sont la propriété de l’Etat qui y exerce des droits souverains». L’Etat accorde des permis d’exploitation qui confèrent au titulaire l’exclusivité des activités sur le terrain objet du permis pour l’exploitation et toutes autres opérations liées à son activité et de disposer uniquement des minerais, objet dudit permis. Une multitude de permis a déjà été délivrée au Cameroun à différents opérateurs.

Au ministère des Mines, on rappelle également que selon la législation, un permis de recherche est d’abord octroyé pour des recherches sur un minerai précis, sur une superficie précise.

«Si le titulaire du permis de recherche ne trouve pas de minerais sur la superficie concernée, il renégocie s’il veut poursuivre les recherches ailleurs. S’il en trouve, il entame la procédure pour l’obtention d’un permis d’exploitation sur le minerai trouvé dans cette superficie précise»,

détaille Linus Ottoko, le responsable de la communication au ministère des Mines, de l’Industrie et du développement technologique.

Non, un « pagne du dialogue national» n’est pas en vente au Cameroun

Depuis le message du président Paul Biya à la nation le 10 septembre 2019 annonçant un «grand dialogue national » pour la fin du mois en cours en vue de la résolution de la crise dite anglophone, un pagne circule sur les réseaux sociaux. Il est présenté comme le «pagne du grand dialogue national». L’est-il réellement ?

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Le pagne en question est apparu très vite dans plusieurs groupes WhatsApp au lendemain de la sortie du président. Il est floqué du drapeau de la République du Cameroun, du drapeau de l’Organisation des Nations Unies (Onu) et aussi du drapeau présenté comme celui de la nation imaginaire de l’Ambazonie. Le tissu est marqué de l’inscription «Pagne du dialogue national ‘’19 ». Ledit pagne serait vendu à 5000 F. Cfa. Dans des groupes WhatsApp et Facebook, certains internautes ont vite fait de demander aux siens de passer des commandes en « inbox».

Mais à bien observer le tissu présenté comme le pagne du dialogue national, certains éléments amènent à déceler qu’il s’agit d’un Fake, d’un simple montage. Le nom du concepteur de cette œuvre est d’ailleurs gravé en lettres de couleur blanche sur le côté droit, au bas de l’image. Aussi, le nom du site internet www.dialoguecmr19.org inscrit sur le bas-côté gauche ne renvoie à aucune page officielle. Il ne renvoie à rien du tout. Le site web officiel créé et consacré à cet évènement convoqué par le président de la République est www.nationaldialogue.cm

Fake

En outre, aucun pagne du genre n’est visible dans les différents points de vente de la Cotonnière industrielle du Cameroun (Cicam) dans la ville de Douala. Contacté par Stopintox, Ibrahim Pitti, le directeur commercial et marketing de Cicam, a indiqué qu’il s’agit d’un Fake. Il fait savoir que ce type de pagne aurait une dimension officielle. «Il est possible qu’un pagne soit conçu pour le grand dialogue national, mais ce qui circule actuellement dans les réseaux est un Fake. L’intention de concevoir un pagne pour cet évènement y est, mais aucun processus n’a été entamé»,  a expliqué Ibrahim Pitti.

Non, le Fonds national de l’emploi (Fne) ne propose pas des profils pour des envois de contrats de travail par mail

Plusieurs jeunes camerounais ont reçu dans leur boîte mail des contrats pour un travail et une résidence au Canada ou au Cameroun. D’après le message électronique, les profils des candidats ont été proposés par le Fonds national de l’emploi (Fne).

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Le mail truffé de coquilles  indique au destinataire que son profil a été proposé au serveur automatique via http://www.fnecm.org. Lorsque ce n’est pas « Volontariat usaid » qui propose à la ‘’recrue’’ une opportunité de stabilité financière grâce à un travail et une résidence au Canada, c’est l’entité Sobricam Service Sarl (qui se présente comme une structure de placement du personnel) qui offre un emploi à Douala ou Yaoundé, dans une entreprise brassicole.

Pour le cas de Sobricam, une fiche de modalités pratiques et un contrat de travail sous forme Pdf sont joints au mail. Le premier document demande au candidat de fournir entre autres, une lettre de motivation, un Cv, une fiche de bonne moralité, une fiche d’engagement professionnel et un certificat médical. Pour l’obtention des deux dernières fiches mentionnées et pour le certificat médical, il est demandé au destinataire du mail de débourser une somme de 13 500 FCFA par transfert via express Union. Le nom du bénéficiaire et son numéro de téléphone sont clairement indiqués.

C’est seulement après versement de ladite somme que le candidat est supposé recevoir des fiches supplémentaires par mail pour le dépôt du dossier complet à l’hôtel Mont Fébé, pour la ville de Yaoundé. Le salaire proposé sur le contrat est de 225 115 F. Cfa. Mais au Fonds national de l’emploi, l’on indique qu’il s’agit purement et simplement d’une arnaque. Et le phénomène prend de plus en plus de l’ampleur.

« Nous avons reçu cette information par le biais de nos différents followers dans nos fora. Ils ont atteint un nouveau palier en envoyant des contrats d’emploi ‘’fake’’ sous forme Pdf, censés prouver à cette cible que tout est bon. Qu’il n’y a plus qu’à payer une petite somme soit pour frais de traitement de dossier, soit pour examens médicaux. Beaucoup se laissent avoir, tant la désespérance face au chômage empêche certains à faire preuve de prudence», déplore Eric Christian Mota, le chef cellule Communication Fne Bali.

IIl relève d’ailleurs quelques indicateurs qui démontrent qu’il s’agit d’un Fake. Cette information est un fake à plusieurs niveaux :

1- l’Usaid par prédilection traite des affaires concernant les USA.

2- la manipulation approximative du français.

3- la gestion de la migration professionnelle est basée sur les compétences et non sur le rêve d’une meilleure vie. Le Fne n’est pas là pour faire rêver.

4- aucune somme n’est déboursée par le postulant.

Non, le Fonds national de l’emploi (Fne) n’envoie pas des mails de recrutement au poste de téléconseiller pour Cameroon Technology

Plusieurs jeunes camerounais ont reçu ces derniers jours des mails annonçant que leur profil a été retenu par le Fonds national de l’emploi (Fne) pour un poste de téléconseiller dans une entreprise de la place.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Le courriel précise que les candidats sont retenus pour des postes à Douala et Yaoundé «sous réserve » de certaines dispositions. Le message relève également que les promus qui bénéficieront d’un salaire de base de 95 000 F. CFa doivent envoyer une photo 4X4 et un plan de localisation par mail aux adresses fnecameroon@gmail.com et cameroontechnology@gmail.com. Le mail fait savoir que les candidats doivent en outre effectuer un dépôt de 3700 F. Cfa via Mobile Money uniquement. Ces frais, à en croire le message, représentent la contribution de la jeune recrue au séminaire de 5 jours de recyclage avant la mise en fonction.

Il n’en est rien. Au Fonds nationale de l’emploi (Fne), service public d’emploi, l’on indique qu’il s’agit d’une arnaque. Plusieurs plaintes ont été remontées au bureau régional du Fne à Bali. «Une jeune dame est venue se renseigner à l’agence de Bali. Elle avait été contactée par téléphone par ces arnaqueurs. Le lendemain, jour du rendez-vous, le numéro qu’elle devait joindre ne passait plus. C’est à l’agence qu’elle découvre qu’elle venait d’échapper à une arnaque», raconte Eric Christian Mota, le chef cellule Communication Fne Bali. Il a aussitôt lancé un message d’alerte en ligne pour éviter des victimes.

Eric Christian Mota relève plusieurs incongruités dans l’offre des «arnaqueurs». En premier lieu, l’adresse mail indiquée aux candidats pour l’envoi des pièces complémentaires n’est pas celle du Fne. La bonne adresse mail de l’institution est contact@fnecm.org. Celle du bureau de Douala est fnebali@fnecm.org. Le site internet est logé à l’adresse www.fnecm.org. Le responsable de la communication note aussi que plusieurs démarches employées par les auteurs cachés derrière ce mail ne rentrent pas dans les principes du Fonds national de l’emploi.

«On n’inscrit pas les gens en ligne. L’inscription se fait physiquement dans nos bureaux. Nous ne demandons pas de l’argent. Ce n’est pas logique que quelqu’un qui va vous payer votre premier mois de salaire vous demande de l’argent pour vous embaucher », précise Eric Christian Mota.

En rappel, l’inscription au Fonds national de l’emploi (Fne) se fait sur présentation physique du postulant dans les bureaux de l’institution. L’inscription est gratuite. Le candidat ne débourse aucun sou. Après inscription, le candidat qui est inséré dans la base de données du Fne sur le plan national se voit attribuer un numéro et un conseiller emploi. Il peut changer de conseiller selon son désir. Lorsqu’une offre se présente, le Fne envoie les profils correspondants à la société demanderesse.  

Non, la BEAC n’a publié aucun avis de recrutement

Un texte annonçant un recrutement à la BEAC circule depuis la semaine dernière sur les réseaux sociaux. Ce communiqué émane t-il de l’institution bancaire?

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Une lettre supposée signée du Secrétariat général de la BEAC (Banque des Etats de l’Afrique Centrale) annonce un recrutement au sein de cette institution. La lettre parle du recrutement de 500 agents de sécurité, 300 agents de « Tri d’argent » et 400 comptables financiers. Bémol, cette annonce n’est pas disponible sur le site de la BEAC.

Pour se rassurer, l’équipe de StopIntox a joint par téléphone, Abdoullahi Oumar, de la cellule de communication de la BEAC. Il a assuré qu’il s’agit d’une “infox” (Fake news) et que l’absence de cette information sur le site de la BEAC prouve à suffisance de sa non légitimité.

Indices

Quelques indices sur le communiqué en question permettent justement de douter de sa véracité:

  1. Le logo au bas de la lettre.
  2. L’absence de nom sur la signature
  3. Aucun concours de la BEAC n’est payant. Dans le faux communiqué pourtant, il est demandé de payer une somme de 10.000 FCFA par un compte Express Union.
  4. L’annonce n’est pas datée
  5. La traduction anglaise de la BEAC. Dans le document en circulation, BEAC est traduit en anglais comme «State Bank of Central Africa ». Or la bonne traduction de la BEAC en anglais est Bank of Central African States.
  6. Les agents qui ne sont pas cadres supérieurs de la BEAC sont affectés au Cameroun. Dans le communiqué, il est dit que les agents recrutés seront repartis dans toutes les agences de la BEAC dont le Gabon, le Congo, la Guinée Equatoriale, le Cameroun, la République Centrafricaine.
  7. La BEAC abrège Centrafrique par RCA et non pas par RC comme c’est le cas dans la fausse lettre.
  8. Et comme nous l’avons dit, le texte n’est pas disponible sur le site internet de la BEAC.

RSS
Follow by Email