Author Archives: Armelle Sitchoma

Non, la vidéo montrant un échange de tirs n’a pas été tournée au Tchad

Depuis le 20 avril 2021, jour de l’annonce du décès d’Idriss Déby Itno, une vidéo de 30 secondes montrant des échanges de tirs armés fait le tour des réseaux sociaux. D’après les internautes, cette séquence d’affrontement présente la situation au Tchad après l’annonce de la mort du président Tchadien.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Une fois sur la toile, la vidéo est devenue virale. Les circonstances du décès du président tchadien s’y prêtant. Elle est postée sur plusieurs comptes Facebook. En 24 heures elle a enregistré 1500 vues sur ce compte avec 37 réactions, 37 commentaires et 58 partages. Cet autre post dans le même timing a totalisé 2700 vues, 34 réactions et 13 commentaires. Plusieurs messages accompagnent ladite vidéo très partagée sur la messagerie Whatsapp. « L’incertitude plane sur N’Djamena. La situation reste tendue à N’Djamena où les tirs nourris ont été enregistrés. », « Tchad, lourde affrontement de tirs à N’Djamena cette nuit. » ou encore « coup de feu à N’Djamena ».

Après avoir monitoré ces différends posts, stopintox a introduit un lien youtube d’une de ces vidéos sur l’outil de vérification de vidéo InVid WeVerify. Après avoir soumis le lien au processus de vérification, l’outil a segmenté la vidéo en séquences d’images et propose de poursuivre la recherche avec Google Image reverse search, Yandex Image reverse search, Tineye et Twitter vidéo search.

Affrontement clanique en Irak

Tineye Image reverse search nous a donné un résultat. Un lien qui donne sur le site d’information alwatanvoice.com. Site qui traite de l’actualité dans le monde Arabe et conçu en Arabe. L’article qui date du 28 juillet 2020, une fois traduit en français a pour titre : « Témoin : un échange de tirs entre deux clans en Irak ». Le texte qui est illustré pour une image et la vidéo en circulation explique qu’il s’agit des affrontements armés dans le gouvernorat de Maysan dans le sud de l’Irak.

Clans armés à Maysan

L’article qui reprend ‘Russia Today’, indique que le conflit opposait deux clans arabes du districk d’Al-Kahla le 27 juillet 2020 et a duré environ une heure.

Une information confirmée à travers cette vidéo retrouvée sur youtube, postée le 28 juillet 2020 avec pour titre en arabe « #Iraq- Maysan, regardez le moment du déclenchement d’un conflit de clan armé à Maysan. »

Quand on regarde la vidéo en circulation avec attention, on remarque entre la première et la 15ième seconde, le drapeau de l’Irak peint sur le mur derrière le mini van blanc.

Armelle Sitchoma

Non, le personnel soignant de l’hôpital Laquintinie n’a pas boycotté le vaccin Anti-Covid19

Depuis le vendredi 16 avril 2021, une information circule sur les réseaux sociaux et la messagerie Whatsapp faisant état de ce que le personnel soignant de l’hôpital Laquintinie de Douala a boycotté la campagne de vaccination anti-covid19 organisée au sein dudit hôpital.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Le post de cet activiste indiquant que « Le directeur d’un grand hôpital public de Douala a lancé une vaste campagne de vaccination de tout son personnel hier. Personne n’est venue et les chaises sont restées vides toute la journée. Que faut-il comprendre », publié le 18 avril 2021 a enregistré 530 réactions, 204 commentaires et 35 partages. L’intox a été reprise par plusieurs personnes y compris des hommes de médias.

Stopintox a recoupé l’information auprès de plusieurs journalistes présents au sein de la formation sanitaire ce jour pour couvrir ladite cérémonie. Une double cérémonie d’inauguration du centre de vaccination anti-Covid de la région du Littoral et  le lancement de la campagne de vaccination contre la Covid19 dans la ville de Douala comme l’atteste ce reportage diffusé le 15 avril au journal de 20h de la chaine de télévision Equinoxe à 15minutes 42 secondes.

Le personnel de santé vacciné

En entrant les mots clés «Laquintinie », « personnel soignant », « vaccin anti-covid19 » dans la barre de recherche Facebook, on tombe sur une publication de la page du Programme Elargi de Vaccination PEV Cameroun. Celle-ci présente les images du lancement de la vaccination du personnel de santé à l’hôpital Laquintinie de Douala. On n’y voit des tentes qui étaient vides sur l’image en circulation, remplient de monde et du personnel recevoir leur dose de vaccination.

Armelle Sitchoma

Non, le gouvernement Camerounais n’a pas autorisé l’importation des poulets Congelés du Brésil

Depuis le 5 avril 2021, plusieurs publications sur les réseaux sociaux indiquent que le Cameroun reprend avec l’importation des poulets congelés du Brésil.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

La nouvelle barre la Une du quotidien Le Jour du mercredi 7 avril 2021. La titraille indique : « Alerte, Le poulet congelé est de retour ». Le chapeau poursuit en disant « sous le prétexte non déclaré d’une pénurie induite par la crise sanitaire liée au coronavirus, le gouvernement camerounais vient de légaliser l’entrée ‘ de produits et sous-produits aviaires’  importés du Brésil. La filière avicole qui avait repris du poil de la bête se sent à nouveau menacé.»

Depuis ce 7 avril, cette Une fait le tour des médias sociaux avec des commentaires du genre Attention… “N’achetez pas le poulet congelé qui est de retour au Cameroun actuellement. Car, votre santé compte ooo’’.

une capture des messages en circulation sur la toile

Poussins et des œufs à couver à importer

Joint par stopintox, Perin Nzie, responsable à la Cellule de Communication du ministère de l’Elevage, des pêches et des industries animales dément cette information. “Pas de poulet congelé. Ce sont uniquement les œufs à couver et les poussins comme cela se passe auprès de certains pays européens“, précise t-il.

Nous avons fait le tour des autres journaux du jour pour vérifier cette nouvelle. La Une du quotidien Mutations paru le même jour indique plutôt que le Cameroun va importer des poussins et des œufs à couver du Brésil pour relancer le secteur et pallier la pénurie du poulet en cours.

Au journal parlé de 13h du 7 avril 2021 sur le poste national de la Crtv, la radio nationale, le premier titre évoque le sujet. La présentatrice ouvre son journal avec le titre : « Aviculture, le poulet camerounais a du plomb dans l’aile. La production locale vole bas, alors que la demande plane à plus de 60 millions de volailles. Une correspondance du ministre de l’Elevage à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun ouvre la voie à l’importation des produits et sous-produits aviaires pour donner un nouvel élan à la filière. Entre conjecture autour d’un retour du congelé et réalité d’un secteur grippé, le 13h mène l’enquête. »

Pas de poulet congelé au Cameroun

Cette édition du journal parlé qu’on peut réécouter via ce lien, mène une enquête sur le sujet. À 24mins41 secondes, la présentatrice annonce qu’« En ce moment aucune importation de poulet n’est en vue au Cameroun. » une déclaration qu’elle attribue au président de l’interprofession avicole du Cameroun.

Dès 25mins 06 secondes du journal, François Djonou, le président de l’interprofession avicole du Cameroun est l’invité du 13h. Joint par téléphone, il répond aux questions du journaliste Luc Bienvenue Onana.

À la première question du journaliste à l’invité à savoir : est-il vrai que les importations du poulet sont de retour au Cameroun ? La réponse est catégorique «Il n’y aura pas de retour d’importation de poulet congelé au Cameroun. »

La 2ième question revient sur la correspondance du ministre de l’Elevage adressée à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun, dont l’interprofession semble être à l’origine et qui est la source de cette nouvelle. « Si vous regardez très bien la première phrase de cette correspondance, elle dit bien que le but est de diversifier les sources d’approvisionnement en intrants avicoles. Il s’agit donc de permettre aux acteurs de la filière avicole locale d’importer des OAC (œufs à couver), des poussins d’un jour ou des parentaux du Brésil. C’est ça le but de la lettre du ministre.

La lettre de la discorde

La lettre N°000411/MINEPIA/SG/DSV du 22 mars 2021 adressée par le ministre de l’Elevage, des pêches et des industries animales à l’ambassadeur du Brésil au Cameroun dont nous avons eu copie, a pour objet : accord pour l’importation de produits aviaires. Elle continue en précisant que « Dans le cadre du développement de la filière avicole camerounaise et de la diversification des fournisseurs d’intrants, j’ai l’honneur d’accepter l’importation de produits et sous-produits aviaires du Brésil, conformément aux exigences sanitaires et zoo sanitaires du Cameroun et du Brésil, ainsi qu’aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé animale (…). L’information des services vétérinaires du Cameroun au moins 24 heures avant le jour et l’heure d’arrivée des produits ou du matériel génétique avicole. »

Selon les normes de l’OIE, les produits et sous-produits doivent provenir d’un pays indemne d’influenza aviaire. La grippe qui pousse le Cameroun à fermer ses portes à l’Europe et se retourner vers le Brésil. « Il y’a une pénurie sur le marché parce que depuis mars 2020 avec la crise du covid, il y a eu réduction drastique des vols commerciaux entre l’Europe et le Cameroun. C’est l’Europe qui était notre principal pourvoyeur en intrants avicoles. Avec ces réductions de vols, nous ne pouvions pas importer des parentaux depuis l’Europe. Ce qui a créé une pénurie dans les secteurs parentaux. Et en novembre dernier, la grippe aviaire est venue aggraver la situation. C’est ce qui explique le manque de poulet sur le marché », explique François Djonou.

Retrouvez les articles vérifiés de stopintox sur Youtube

Armelle Sitchoma

OUI, la rentrée scolaire du 3e trimestre au Cameroun est reportée au 12 avril 2021

Douala, le 10 mars 2021. Des élèves du lycée bilingue de Deido devant le portail. Crédit photo: Mathias Mouendé Ngamo

Un post relayé sur les réseaux sociaux depuis le 29 mars 2021 indique que la ministre des Enseignements Secondaire du Cameroun a renvoyé la rentrée du 3ème trimestre au 12 avril 2021.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : OUI.

L’annonce abondamment partagée sur la messagerie WhatsApp et le réseau social Facebook indique que la source de cette information est le journal du 20 heures du lundi 29 mars 2021 sur le poste national de la CRTV. Cette note invite à une large diffusion de la nouvelle date de la rentrée du 3ème trimestre au Cameroun. Sur la page Facebook « Love Kmer Sisters », l’interrogation d’une internaute en ces termes « Rentrée du 3ème trimestre reportée au lundi 12 avril 2021. Qui a la confirmation ? » a enregistré 328 réactions et 628 commentaires en seulement 13 heures.

Contacté par Stopintox, Henri Bomba, responsable à la Direction des Ressources Humaines du ministère des Enseignements Secondaires et responsable de la communication spéciale de madame le ministre confirme que ce communiqué vient bien du ministère des Enseignements Secondaires.

« Je voudrais simplement signaler que ce communiqué a été signé tard et déposé à la radio par les soins du personnel du Cabinet »,

précise ce dernier.

Capture d’écran du post sur Facebook

Sur ledit communiqué, dont copie nous a été remise, l’entête indique bien qu’il a été traité au Cabinet. Le communiqué N° 31/21/MINESEC DU 29 mars 2021 indique que « sur la demande de nombreux élèves et parents d’élèves et, en exécution des hautes directives du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le ministre des Enseignements Secondaires informe les membres de la communauté éducative que, pendant les congés de Pâques, les cours en présentiel se poursuivront  dans tous les établissements scolaires pour les élèves des classes d’examens

Les élèves non-inscrits aux examens, au titre de l’année en cours, auront accès, pendant les congés de Pâques, aux seuls programmes d’Education à Distance. Ledit communiqué signé de madame Nalova Lyonga, ministre des Enseignements Secondaires, à son avant dernier paragraphe indique que «Le ministre des Enseignements Secondaires souligne que la rentrée du troisième trimestre de l’année scolaire 2020/2021 est prévue le 12 avril 2021.

Communiqué des ministres annonçant le report de la rentrée

Dans un communiqué conjoint N•1-037 MINEDUB/MINESEC du 1er avril 2021, le ministre de l’Education de Base et le ministre des Enseignements Secondaires informent la communauté éducative nationale qu’en exécution des hautes directives du Premier ministre du Cameroun, la rentrée du troisième trimestre de l’année scolaire 2020/2021, initialement prévue le 6 avril 2021, est reportée au 12 avril 2021.

La date du 6 avril 2021 était annoncée conformément au calendrier de l’année scolaire 2020/2021 signé conjointement par les ministres de l’Education de Base et des Enseignements Secondaires avec visa des Services du Premier ministre du 30 septembre 2020.      

Armelle Sitchoma

Non, cette image n’est pas celle d’une île au Sud-Ouest du Cameroun

Une image partagée plusieurs centaines de fois sur Twitter depuis le 3 mars 2021 prétend montrer l’île de Bota dans la région du Sud-ouest du Cameroun.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

«Cameroun mon paradis. Île de Bota Région du Sud-ouest. Pays, Paradis.» C’est ainsi que l’auteur du tweet légende la photo d’une île entourée d’une eau bleue. Entre la 3 et le 8 mars 2021, ledit tweet a enregistré 158 retweets, 33 tweets cités, 371 likes et 21 commentaires. Un tour dans les commentaires permet de lire entre des lignes que plusieurs internautes doutent de ce que cette eau bleue qui laisse voir le fond soit au Cameroun.

capture d’image du tweet véhiculant le fake

Lagune de Duke Kahanamoku

Une recherche d’image inversée sur Bing permet de retrouver ladite image avec plusieurs autres angles de vue. Ladite image est utilisée en recherches associées pour illustrer le Waikiki beach Hawaii ou encore le Hilton Hawaiian village lagoon.

capture de la recherche d’image inversée sur Bing

Une recherche sur Google avec les mots clés en anglais « Hilton hawaiian village lagoon» permet de retrouver le site internet  portant le même nom. Un clic sur le lien redirige l’internaute vers le site internet du hilton hawaiian village. A la page d’accueil de ce portail, c’est la même photographie qui est utilisée en bannière. En image d’illustration de la lagune de Duke Kahanamoku. L’image est prise en plusieurs plans. Les plans larges permettent de bien voir le Hilton Hawaiian adjacente à la lagune. Même description que la photo en partage.  La lagune de Duke Kahanamoku est une pataugeoire artificielle. Elle est située dans le quartier de Waikiki à Honolulu aménagée sur la rive sud de l’île d’Oahu aux Etats-Unis, apprend-on dans le site.

Bota island

Si l’image utilisée pour décrire le Bota island n’est pas celle du site, l’île de Bota Island existe bel et bien. Dans un post sur la page Invest in Limbé, le promoteur Georges Mbella, relate comment une histoire d’amour a amené des habitants sur l’île de Bota. «Sur la côte de Limbé vit le peuple Bota pacifique et travailleur du clan Wovia qui est l’un des six groupes (Bimbia, Bomboko, Bakweri, Wovia, Balong, Mungo) qui composent la division Fako. Lors du couronnement du chef de SAR DIKANJO MALUMBE George le 28 juin 2008 en tant que 12e chef de Wovia wo Mboa Mwanja, une brochure intitulée “Linyoi la Mboa” a été publiée. Le Secrétaire général de WOCCUDA Limbe, Tete Albert Mbende Evelle-Ekema II y raconte l’histoire du peuple Bota. L’île aujourd’hui est appelée MBOA MWANJA (BOTA ISLAND).»

L’auteur de ce récit utilise plusieurs images d’une île pour illustrer son post et attribue le copyright à Matthias Kallfass. Le lien du blog de Matthias Kallfass donne exactement sur la page d’accueil d’un site de voyage. Dans l’option ‘Média’ du blog on retrouve plusieurs photos de Bota Island. L’île est photographiée sous différentes vues et aucune ne ressemble à l’image en circulation.

capture du blog de Matthias Kallfass présentant les images de l’ïle de Bota

Quand on ouvre les différentes photos de la galerie, l’album date de 2012. Les photos datent du 2 avril 2012. Dans les métadonnées, Matthias Kallfass a intégré la localisation. Elle permet de retrouver via une carte map l’endroit exact où l’image a été prise. Les coordonnées correspondent avec la zone de Bota Island.

quand on recherche une des images du blog sur le satellite

Récidive

Lors de la recherche, stopintox s’est rendu compte que ce n’est pas la première fois que cette image en circulation est utilisée pour présenter l’île de Bota. Le 26 août 2019, la page Destination K-MER utilisait déjà cette photo de la lagune de Duke Kahanamoku avec plusieurs autres pour illustrer une publication intitulée Bota Island à Limbé au Cameroun, région du Sud-ouest. Ledit post avait enregistré 599 mentions j’aime, 352 partages et 87 commentaires.

capture d’écran de la même image sur Destination K-MER

Armelle Sitchoma

Oui, la DGSN a rendu publics des numéros WhatsApp pour suivre la production de sa CNI

Un message intitulé « CNI Cameroun, la délégation générale à la sûreté nationale  (DGSN) met à la disposition du public deux numéros WhatsApp pour connaître de la situation de délivrance de votre CNI.» fait le tour de la toile depuis ce 19 janvier 2021. Plusieurs personnes ayant reçu ladite publication se demandent si elle provient de la DGSN ?

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est OUI.

une capture d’écran du message en circulation

La suite du post indique comment ça fonctionne et les numéros concernés. « Vous devez filmer votre récépissé et le joindre à l’un des numéros WhatsApp de la DGSN 693 30 23 55 ou 695 70 62 91 alors vous allez recevoir l’un des messages suivant votre cas: Votre carte est disponible et vous devez vous diriger au point d’identification correspondant à la délivrance de votre récépissé ; votre CNI est en cours de production et sera disponible dans les tous prochains jours ; vous êtes en situation de double identité alors vous devez recommencer le processus de votre identification en précisant votre demande au retour de l’identité première ; votre CNI ne peut être produit à cause d’informations erronées alors vous devez vous identifier de nouveau au point d’identification de votre choix. »

L’une des précisions importantes du message est que ces numéros de la DGSN sont uniquement WhatsApp et ne reçoivent pas d’appels.

La DGSN rassure

Joint au téléphone, la commissaire de police Joyce Cécile Mandeng, chef de la Cellule de la communication et des relations publiques de la délégation générale à la sureté nationale affirme que le message est bien de la DGSN.

« Je ne sais pas pourquoi les gens doutent. C’est un message de la DGSN. Nous avons commencé la sensibilisation par la radio ensuite les réseaux sociaux et WhatsApp. Ce message est diffusé dans canal police de ce matin (Mardi 19 janvier 2021 ndlr).  Les numéros sont pour les messages WhatsApp pas pour les appels. Le contenu du message est clair. L’appel se fait au 1550 », précise-t-elle.

Par la suite, nous avons écouté l’émission Canal police du 19 janvier 2021, un microprogramme de la Sûreté Nationale diffusé sur le poste national du média public la Crtv avec à la supervision générale Martin Mbarga Nguélé, le délégué général à la sûreté nationale et Joyce Mandeng comme rédacteur en chef.

Pour pallier à la saturation du 1550

Le programme de 5 minutes 50 avec à la présentation le commissaire de police Antoine E., a un seul titre et un sujet au menu de l’émission de ce mardi. C’est cette information. Le titre est d’ailleurs précis. «Carte d’identité: un service supplémentaire est mis à votre disposition  pour les requêtes liées à l’identification. Deux numéros de téléphone de la sûreté nationale enregistrés. Ils sont fonctionnels depuis hier (lundi 18 janvier 2020 ndlr). Ces numéros vous permettent de signifier votre requête en utilisant le lien WhatsApp sans avoir besoin de vous déplacer. Prenez vos calepins et notez : 693302355 et 695706291.  Il suffit de filmer votre récépissé et de l’expédier à ces numéros. Les opérateurs à l’autre bout de la ligne vont consulter aussitôt les ordinateurs pour répondre à votre demande »   renseigne le présentateur.

Ces numéros viennent pallier à la saturation des lignes téléphoniques du 1550.

Armelle Sitchoma

Non, le ministère de la Santé Publique n’a pas rendu public le traitement contre la Covid19

Un message indiquant la conduite à tenir et le protocole de traitement à prendre en cas d’infection au Covid19 est abondamment partagé sur les statuts et la messagerie WhatsApp depuis le début du mois de janvier 2021. L’auteur du message attribue cette sortie au ministère de la Santé Publique.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Le message signé d’un certain Dr. Kassy Marius qui circule informe de ce que « toute personne qui ressent des symptômes d’infection par le coronavirus se met en quarantaine à la maison et prend le traitement ci-dessous: 1 – panadol 1000 mg deux fois par jour 2- Azithromycine 500 mg une fois pendant cinq jours.  3- Vitamine C 1000 mg une fois par jour 4- Zinc tab 50 mg une fois par jour 5- Vitamine D 50000 mg une fois par semaine 6- Strepslis trois fois par jour. Se gargariser avec de l’eau tiède + sel pendant 5 minutes par jour Boire de grandes quantités d’eau. Protocole de traitement publié par le ministère de la Santé.»

Selon le même message en circulation, le protocole viendrait d’une circulaire très importante du ministère de la Santé qui relève que : «le ministère de la Santé s’adresse et avertit les citoyens de ne pas se rendre à l’hôpital lorsqu’ils ressentent des symptômes de ((Corona)) ou de toute autre maladie. La santé met à disposition 333 équipes d’intervention rapide, chacune composée de 5 personnes. Si vous pensez être infecté et que ces symptômes apparaissent (essoufflement – toux – fièvre), restez chez vous. Ne vous rendez dans aucun hôpital, centre médical ou clinique, votre sortie propagera davantage le virus

D’après l’auteur du message, la publication une fois partagée témoigne de la prise de conscience de la personne et tous ceux qui ne le partageront pas seront des partenaires dans le meurtre de leur peuple. La mention «transféré de nombreuses fois» fait par l’application WhatsApp à l’entête du post démontre que le mot d’ordre marche et le post viral.

Les hics

La circulaire attribuée au ministre de la Santé Publique ne figure pas sur la page Facebook du ministère, ni le compte twitter du ministre pourtant, ceux-ci relaient toutes les sorties et activités concernant ce département ministériel. Le massage en circulation sur les statuts et la messagerie WhatsApp recommande aussi d’appeler le 195 pour la descente d’une équipe d’intervention sur le terrain. Or, au Cameroun, pour tout besoin d’information ou en cas d’alerte, le Centre d’appel dédié à la riposte contre le Covid19 est le 1510.

Stopintox a par la suite contacté Clavère Nken pour savoir si la circulaire sur le protocole de traitement contre le Covid19 est du ministre de la Santé. Le responsable de la communication au sein dudit ministère indique qu’il s’agit bien là d’un fake. Pour lui, la position du ministère de la Santé reste la même que celle de mars 2020.

Prérogative du Conseil scientifique 

Le 23 mars 2020, Manaouda Malachie, le ministre de la Santé Publique du Cameroun dans la Lettre circulaire N°D36-31 LC/MINSANTE/SG/DPML du 23 Mars 2020, interpellait les professionnels de santé sur les prescriptions de certains médicaments en ces mots

« Je tiens à vous rappeler qu’à ce jour, aucune étude scientifique ne démontre l’efficacité d’aucun médicament connu, bien que des études récentes menées sur un nombre restreint de sujets, font état de l’efficacité de la combinaison hydroxychloroquine/chloroquine et de l’azithromycine dans le traitement curatif (et non préventif) des personnes infectées au COVID-19 selon le protocole suivant: Hydroxychloroquine ou chloroquine 200 mg 3 fois par jour pendant 10 jours ; Azithromycine 500mg le premier jour et 250 mg par jour pendant quatre jours. Toutefois, des recherches continuent d’être menées afin d’apporter une preuve scientifique d’efficacité et de tolérance dudit traitement sur un grand nombre de sujets. »

Une position qui a évolué. Dans un communiqué radio-presse signé du 29 octobre 2020 et dont le but était d’informer l’opinion publique et les voyageurs en particuliers, le ministre de la Santé Publique du Cameroun rappelle que

« tous les passagers diagnostiqués positifs au débarquement dans nos aéroports, seront immédiatement soumis au protocole de soin dûment validé par le Conseil scientifique des urgences de santé publique

L’urgence du respect des mesures barrières

Invité au journal du 20h30 du 11 novembre 2020 sur la Crtv, Manaouda Malachie s’est exprimé sur l’augmentation du taux de contamination dans trois districts de Santé dans la ville de Douala et rappelé le traitement se fait par son département. « Nous avons les retours de vacances venant des pays de l’Europe, d’Amérique, d’Asie et tout le reste. Je crois que c’est ça qui a fait qu’on ait un peu plus de cas. Rapidement, il y a les équipes qui sont descendues sur le terrain, dans le cadre de la recherche active des cas, du suivi des contacts pour pouvoir rapidement circonscrire les cas, tester tous les cas contacts et le moment venu nous les donneront le traitement qu’il faut assez précocement

Le ministre de la Santé a conclu son passage en indiquant que «la plus grande inquiétude que nous avons en ce moment c’est ce relâchement que nous constatons. Il y a quelque chose à faire en matière de respect des mesures barrières et de port systématique des masques et c’est notre message aujourd’hui

Sur la piste du Dr KASSY Marius

Nous avons voulu en savoir un peu plus sur le Dr Kassy Marius, signataire dudit message. En effectuant une recherche avec ce nom dans la barre de Google, plusieurs liens apparaissent et donnent sur des démentis de plusieurs pays avec le même message.

Nous sommes tombés sur le lien d’un compte Twitter qui réfère au compte officiel du ministère de la Santé Publique du Burundi. En date du 10 janvier 2021, ledit compte a fait un tweet avec un démenti formel portant sur le même message cette fois en circulation dans ce pays. On peut y lire « Burundi : Le porte-parole du ministère de la Santé Publique du Burundi, Dr Jean Bosco GIRUKWISHAKA informe le public que le message d’un certain Dr Kassy Marius qui circule dans les réseaux sociaux, n’émane pas du ministère de la Santé Publique du Burundi ». Des captures du message en circulation accompagnent ledit tweet. Le même démenti figure sur la page Facebook du même ministère.

Le même démenti peut se lire sur la page Facebook du Dr. Cyrille Guéi-Koré. Cette fois, ce fake protocole de traitement du Covid19 circule en Côte d’Ivoire.

Non, le Cameroun n’envisage pas un taux de croissance économique de 8% en 2021

Une publication partagée plusieurs fois sur Twitter affirme qu’au Cameroun, un taux de croissance économique de 8% est prévu en 2021.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

‘’Cameroun, Taux de croissance économique de 8% prévu en 2021.’’ Affirme l’auteur de la publication.

une capture d’écran du tweet contenant la désinformation

Le tweet posté le 3 janvier 2021 a enregistré 49 retweets, 55 likes et 9 commentaires en 48 heures. La plupart des commentaires sous le post interrogent : ‘’prévu, certes par qui ?’’. D’autres internautes vont jusqu’à se demander par quel miracle ce sera possible. Le compte auteur de cette publication qui enregistre plus de 696,9 k d’abonnés ne cite pas sa source.

Le Minepat dément

Le ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire (MINEPAT) est le département ministériel chargé de l’élaboration et de la mise en œuvre de la politique économique de la nation ainsi que de l’aménagement du territoire. En matière économique, il est responsable entre autres de la cohérence et de la coordination des actions engagées, avec les divers partenaires internationaux et bilatéraux, du cadre du programme de redressement et de la relance économiques, de l’élaboration du programme d’investissement pluriannuel de l’Etat et de la promotion des investissements publics.

Stopintox a contacté la responsable de la communication dudit ministère. Cette dernière indique qu’il s’agit d’un gros fake avant de préciser que « pour 2021, les projections de croissances sont de 3, 3%. 8% est une projection à l’horizon 2030 conformément à la Stratégie Nationale de Développement 2020-2030, SND30. »

De 4,5% à 8,1% en 10 ans

une capture de la Une de la Stratégie nationale de développement

En parcourant ce document de 231 pages, 1ère édition 2020 élaboré par le Minepat et disponible sur son site internet ainsi que sur celui de la direction générale du Budget et bien d’autres sites, on peut lire au point 82 du chapitre 2 intitulé : ‘’Orientations générales et objectifs de développement 2030 que’’ :

« elle met en perspective un cadre d’objectifs stratégiques articulé avec des cibles comme suit:- Mettre en place les conditions favorables à la croissance économique et l’accumulation de la richesse nationale et veiller à obtenir les modifications structurelles indispensables pour l’industrialisation du pays. Il sera question : (i) de porter le taux de croissance annuel de 4,5% à 8,1% en moyenne sur la période 2020-2030 ; (ii) de porter la croissance du secteur secondaire (hors pétrole) à plus de 8% en moyenne ; (iii) de ramener le déficit de la balance commerciale de 8,8% du PIB en 2018 à moins de 3% en 2030. Cet objectif intègre les ODD 8, 9, 11 et 12. »

Annonce du chef de l’Etat

Le chiffre de 8% envisagé à l’horizon 2030 est également confirmé par Paul Biya, le président de la République du Cameroun. Dans son message à la nation le 31 décembre 2020 à l’occasion de la fin d’année 2020 et le nouvel an 2021, le chef de l’Etat a reconnu que le contexte international notamment la pandémie du corona virus et la baisse de la croissance mondiale n’a pas facilité la bonne tenue de nos finances publiques et de notre économie au cours de l’année 2020 qui s’est achevée.

image de Paul Biya. Source: site Prc

 «Tout en maintenant nos objectifs de croissance, nous avons dû prendre des mesures de consolidation budgétaire et de soutien à l’économie afin de passer ce cap difficile et de rendre possible une politique de relance en 2021. (…) Malgré ces efforts, il est prévisible que notre taux de croissance, qui s’était stabilisé autour de 4 % au cours des dernières années, subisse une nette érosion en 2020 et que l’inflation reparte légèrement à la hausse. L’impact du ralentissement de l’économie mondiale et l’évolution de notre situation nationale, notamment en ce qui concerne l’augmentation des dépenses de sécurité, y ont sans doute contribué.

Néanmoins, il apparaît qu’en dépit des difficultés, l’économie camerounaise a conservé une certaine capacité de rebond. Grâce à l’appui de nos partenaires internationaux et, dans l’hypothèse d’un recul de la pandémie, il est alors permis de penser qu’une reprise est possible dans les mois à venir », rappelle Paul Biya

Une croissance avec de nouveaux objectifs

Il poursuit en ajoutant que « je voudrais maintenant appeler votre attention sur le lancement récent de notre Stratégie Nationale de Développement (SND) qui remplace le Document de Stratégie pour la Croissance et l’Emploi (DSCE) arrivé à son terme. La Stratégie Nationale de Développement définit les grands axes de notre planification jusqu’en 2030.

Ce document tire les leçons des expériences passées et fixe de nouveaux objectifs pour la décennie à venir, notamment une transformation structurelle de notre économie et un développement inclusif. (…) Il faudra également s’efforcer d’atteindre un taux de croissance de 8 % en procédant à une transformation structurelle de notre économie et en améliorant l’efficacité de la dépense publique. Ainsi, nous conserverons toutes les chances de parvenir à l’émergence à l’horizon 2035

Armelle Sitchoma

NON, les codes #199*3# et #150*6*7# ne permettent ni de retrouver le numéro de CNI d’une personne, ni de réinitialiser le code secret Orange Money

Les codes #199*3# et #150*6*7# permettent-ils de retrouver le numéro de Ccarte nationale d’identité d’une personne ou de réinitialiser le code secret Orange Money ?

Nous avons vérifié pour vous : la réponse est NON

Depuis quelques jours, une alerte invitant à ne plus laisser son téléphone à la portée de n’importe qui fait le tour de la messagerie et des statuts WhatsApp. Le contenu du message indique qu’à partir du code #199*3# on peut retrouver le numéro de votre CNI et réinitialiser le code secret orange money avec le #150*6*7#.

L’alerte indique « Bsr chers amis. Ne laissez plus votre téléphone à la portée de n’importe qui, si vous avez de l’argent dans votre compte Orange money. Sachez que sans votre code secret on peut transférer votre argent. »

Le « technicien informatique » « auteur de la découverte » va plus loin en rendant public les résultats de sa recherche pour donner le crédit à son récit. « En effet, en entrant le #199*3# on peut retrouver le numéro de votre CNI. Et avec le numéro de votre CNI on peut réinitialiser votre code secret avec le #150*6*7#. Un technicien informatique vient de m’informer. Faisons attention !!! »

Nous avons essayé la procédure recommandée par le « technicien informatique » pour retrouver le numéro de carte nationale d’identité (CNI).

Premier test: #199*3# 

Quand on tape le code #199*3# ok, on tombe dans le portail d’identification. La fenêtre offre 3 options. 1 : vérifiez votre identification, 2 : vérifiez l’identification d’un tiers et 3 : authentifiez votre POS. Puis il y a le 9999 : accueil et le 7777 : précédent.

Nous avons d’abord choisi de sélectionner l’option 1: Vérifiez votre identification. Ici, l’opérateur propose deux choix pour vérifier votre identification. 1: Via le numéro de téléphone ou 2: Via le numéro de pièce d’identité. Via « le numéro l’opérateur » vous donne votre nom, prénom, trois derniers numéros du document. À pièce d’identité disponible la réponse est non. Le nombre de ligne, le statut et la conformité de l’identification sont précisés.

Impossible donc à travers cette option d’avoir le numéro de CNI d’un client.

#150*6*7# ne réinitialise pas le code secret

Nous entamons avec le choix 2 : via le numéro de pièce d’identité. Ici l’opérateur demande d’entrer le numéro de votre pièce d’identité. Quand bien même on entre le numéro d’identité on retombe sur la fenêtre que celle de la première option.

Quand vous choisissez de vérifier l’identification d’un tiers, on vous informe que vous n’avez pas accès à ce service.

Le code #150*6*7# vise bien à modifier le code secret du compte orange money. Seulement, quand on entre le code on vous demande de saisir le numéro de votre CNI. Une fois ce numéro entré, l’opérateur de téléphonie mobile propose pour des raisons de sécurité d’enregistrer au préalable des réponses secrètes en contactant le 951 ou en allant sur leurs pages officielles sur les réseaux sociaux.

Impossible pour Orange Cameroun

Toute chose que confirme l’opérateur Orange Cameroun. Contacté par stopintox,  Rita Soya, responsable produit affirme que c’est un fake. « Non ce n’est pas possible », précise-t-elle.

Elle ne manque pas de preciser qu’ « il est possible pour vous client de réinitialiser votre mot de passe vous même sans avoir besoin de vous rendre dans une agence. Cela est possible sous certaines conditions dès lors que vous avez une certaine ancienneté sur le service et que vous avez préalablement enregistré vos questions/réponses secrètes connues par vous seuls. Dans ce cas vous pouvez effectivement réinitialiser votre mot de passe en self sur votre mobile. »

Elle conclut en appelant les clients à plus de vigilance «aucune opération d’identification ou de mise à jour des informations de votre compte ne se fait par appel de nos équipes. Orange Cameroun  contactera toujours via le 690009000, 690009200 ou le 690009500. Votre code secret Orange Money  est une information strictement confidentielle. »

Impossible donc de réinitialiser votre code secret juste avec le numéro de votre carte nationale d’identité.

Armelle Sitchoma

Non, cette image n’est pas celle de l’autoroute Douala-Yaoundé

Cette image abondamment relayée sur les réseaux sociaux notamment Facebook et Twitter qui prétend montrer l’évolution des travaux est-elle celle de la future autoroute devant relier les villes de Douala et Yaoundé au Cameroun ?

Nous avons vérifié pour vous : la réponse est NON

De nombreuses publications sur les réseaux sociaux indiquent que les travaux de l’autoroute Douala-Yaoundé avancent. (1, 2, 3…) Ces publications sont illustrées par l’image d’une autoroute 2×3 voies avec un tronçon complètement bitumé et une autre partie en chantier. La photo de ladite autoroute postée sur la page facebook d’un journaliste a enregistré plus de 3500 réactions, 1300 commentaires et 264 partages en l’espace de quatre jours.

une capture de la page facebook qui a utilisé la fausse image

La même image est utilisée par le site web officiel du média à capitaux publics camerounais pour illustrer un article intitulé « Office national des routes : discussion sur la maturation des projets de développement des infrastructures.» article posté sur la page facebook du même média, 650 réactions et 330 commentaires.

L’article qui a enregistré plus de 4471 vues sur le site  revient sur la tenue de 23ième session du Conseil national de la route. À l’intérieur, le journaliste indique que « Le Premier ministre a regretté que d’autres projets comme les autoroutes Yaoundé – Douala et Yaoundé – Nsimalen, et le tronçon Nsangmelima – Ouesso entre autres souffrent encore d’une mauvaise maturation et d’autres goulots d’étranglement qui ont ralenti leur exécution. »

Sur twitter, un internaute va jusqu’à expliquer que « Elle ressemble à une belle route moderne qui mettra Yaoundé à 2 heures de Douala…» Répondant ainsi à la question « à quoi ressemble l’autoroute Douala-Yaoundé ? » qu’il s’est lui-même posé au préalable.

capture d’écran du tweet utilisant la même image pour parler de l’autoroute Douala-Yaoundé

La cellule de communication du maitre d’ouvrage dément

Si la réponse à sa question est vraie, la photo utilisée pour illustrer son propos et représenter l’autoroute Douala-Yaoundé est fausse.

Approchée, la cellule de communication du ministère des travaux publics indique que cette image n’a rien à voir avec le projet de l’autoroute Douala-Yaoundé 196 km dont la première phase longue de 60 km, débuté 13 octobre 2014 est en cours de finition.

« La phase 1 encore en Travaux du moins sur les 20 km restant, le Profil en travers ne ressemble pas à l’illustration utilisée par le média l’ayant utilisé. Car la première phase présente un profil de 2×2 voies extensibles à 3 voies vers l’intérieur en fonction de l’augmentation du trafic. La troisième voie attendant l’extension n’est pas revêtue en bitume tel que présenté par l’illustration utilisée. », Précise la cellule de communication.

En effet, la première phase longue de 60km que nous avons pu visiter le 18 août 2020 est un 2X2 voies extensible à 2X3 voies sur une largeur de 33,50 mètres. De chaque côté, qu’on vienne de Douala ou de Yaoundé, la chaussée de 7,50m de largeur chacune a 2 voies et une bande d’arrêt d’urgence de 3m. Le terre-plein central de 10,5m en forme de V n’est pas bitumé. C’est l’espace où passera la 3ième voie de l’autoroute. Elle est droite, pas de montée, pas de descente ni aucune pente.

La photo d’une autoroute en construction en Afrique du Sud en 2013

Une recherche d’image inversée avec Google Images révèle que cette même photo a déjà été utilisée par le passé. Le 17 août 2017, le site Afrique la tribune illustrait un article avec la même photo. Le crédit photo est accordé à l’agence de presse anglaise Reuters sans donner le nom de l’auteur ni plus.

Plusieurs sites de divers pays reprennent également la même photo comme illustration des infrastructures dans leur pays. C’est le cas de la Zambie, le Nigéria.

Une recherche de la même image avec l’outil Yandex fait apparaître plusieurs articles avec cette photo, dont une publication sur le site de Reuters titrée : les grands projets de construction de l’Afrique du Sud bloquent.

capture des résultats de l’outil Yandex

une photo de Rogan Ward de Reuters

 L’article publié le mardi 12 février 2013 à 09h27 GMT est signé Agnieszka Flak et Xola Potelwa et monté par Ed Cropley et Anna Willard. Il fait référence aux problèmes auxquels l’Afrique du Sud est confrontée pour tenter de déployer un plan d’infrastructure de plusieurs milliards de dollars.

Le papier est illustré par l’image de cette autoroute que nous recherchons et porte la légende « la construction se poursuit sur une nouvelle route en cours de construction, qui rejoindra la zone industrielle de Pinetown au nord de Durban et l’aéroport de la ville, le 11 février 2013. Reuters/Rogan Ward.

Quand on entre les mots clés « photo autoroute Afrique du Sud Reuters/ Rogan Ward », on tombe sur plusieurs articles parmi lesquels, un qui indique que Rogan Ward est photographe pour l’agence de presse.

Un autre lien de la recherche conduit à Alamy, une banque de photo de plus de 420 agences d’image et de plus de 1000 photographes. Dans la catégorie Pinetown Afrique du Sud, on retrouve la même photo. Les détails, à savoir : le contributeur, l’ID de l’image, la dimension, la date de prise de vue, le photographe et bien d’autres choses qu’il faut savoir sur une photo s’y trouvent.

Cette photo n’a donc aucun lien avec l’autoroute Douala-Yaoundé encore moins le Cameroun. 

Armelle Sitchoma 

RSS
Follow by Email