Author Archives: Annie Payep-Nlepe

OUI, des ressortissants camerounais en Chine disent avoir besoin d’assistance et souhaitent être évacués hors des villes touchées par le virus

Des ressortissants camerounais vivants à Hubei en Chine réclament-ils de l’aide? Des informations dont état de ce que ces camerounais ont besoin d’assistance multiforme. Nous avons vérifié pour vous. La réponse est OUI.

Le samedi 1er février 2020, la présidente de l’association des camerounais de Chine signe une note faisant le point sur la situation des camerounais vivant dans ce pays frappé par une épidémie de CoronaVirus. Dans ce communiqué Kodi Masso fait savoir qu’aucun camerounais à sa connaissance n’est en situation de détresse en Chine hormis trois étudiants de la ville de Yichang. mis en observation/quarantaine.

Après avoir ajouté qu’aucun étudiant camerounais à sa connaissance n’a demandé un rapatriement, Kodi Masso estime qu’envoyer des informations alarmantes ne peut qu’engendrer la panique au sein de la communauté et mettre peut être en danger les relations diplomatiques entre le Cameroun et leur pays d’accueil, la Chine. Elle remercie ensuite les autorités camerounaises et l’ambassade à Beijing pour leur sollicitude à l’endroit des étudiants en Chine.  

Toutes choses que ne confirment pas de nombreux étudiants camerounais contactés par Stopintox ainsi que certains délégués d’étudiants d’autres régions qui disent ne pas se reconnaitre dans ce message. Une position que partage Gildas Simo Fankam, le président Délégué des Étudiants Camerounais de Wuhan, la ville d’où est partie l’épidémie, qui au cours d’une interview accordée au site Afrik-Inform le 31 janvier 2020, affirme que les étudiants et autres ressortissants camerounais n’ont reçu aucun soutien officiel de la part des autorités camerounaises. Il implore le gouvernement camerounais à sortir de son silence pour leur apporter une aide multiforme. Il parle de la panique au sein de la communauté estudiantine à Wuhan. “Ceux qui avaient les moyens de quitter la Chine l’ont déjà fait” rappelle-t-il avant d’ajouter qu’il n’a reçu qu’un coup de fil à titre privé d’un attaché de l’ambassade alors même qu’il avait envoyé, quelques jours avant, une note officielle restée sans réponse. Aucun déploiement en termes de logistique pour leur venir en aide n’ayant été déclenché alors même que les étudiants d’autres pays reçoivent des messages de réconfort de leurs autorités tous les jours se plaint-il.

Alain Bassom, parent dont les jumeaux fréquentent la Hubei economy university va dans la même lancée. Une capture écran de son message de détresse envoyé dans un groupe Wathsapp s’est retrouvée sur la toile. Contacté par Stopintox il fait savoir qu’il se rendra à Yaoundé ce 3 février 2020 s’enquérir auprès des ministères de l’enseignement supérieur, de la santé publique et des relations extérieures du sort réservé à ses enfants et à leurs camarades.

Celui qui affirme par ailleurs avoir lancé le hashtag #BringtBackOurChildren dit ne pas comprendre le silence assourdissant des autorités camerounaises qui ont abandonné leurs ressortissants à leur propre sort. Pas de message réconfortant officiel, pas de communication sur des mesures qui pourraient être prises ou sur des denrées à envoyer. De quoi révolter ce père d’enfants qui précise que si le rapatriement n’est pas la solution, la Chine ayant de bien meilleurs moyens pour prendre en charge des malades en cas de contamination, une évacuation hors des villes contaminées serait salutaire.

L’alerte sur la situation des camerounais à Hubei a été lancée le 29 janvier 2020 par le Dr. Pisso Nseke consultant d’affaires et ancien président, entre 2016 et 2018, de l’association des étudiants camerounais en Chine. Il décide d’adresser via son compte Facebook  une lettre ouverte au président Paul Biya pour l’informer de la situation d’environ 300 camerounais qui vivent à Hubei, la province épicentre du Coronavirus.

Lettre ouverte de Pisso Nseke sur Facebook

Contacté par Stopintox, Pisso Nseke affirme que cette lettre ouverte avait pour but d’ attirer l’attention sur la situation des camerounais dans cette zone après deux tentatives infructueuses de joindre l’ambassade du Cameroun en Chine. Le premier mail  date du 24 janvier dernier soit au lendemain de l’annonce officielle de la mise en quarantaine de la zone touchée par le virus. Le second courriel est envoyé le 27 janvier aux adresses emails de l’ambassade.

Dans les deux mails, Pisso Nseke réclame des informations sur la situation des camerounais vivants en Chine et essaie d’alerter les autorités sur la nécessité de leur apporter toute assistance possible.  Sur la question du moyen utilisé pour contacter l’ambassade, Pisso Nseke répond: « Généralement l’ambassade ne réponds pas aux appels téléphoniques. On a les emails officiels de l’ambassade et le service culturel de l’ambassade chargé des étudiants ».

Les mails resteront sans réponse. Le Dr Nseke fait savoir qu’au 1er février 2020, les camerounais n’avaient reçu aucune nouvelle des autorités camerounaises.

Pour lui, si quelques camerounais pris de panique ont émis au départ l’idée être rapatriés au Cameroun, beaucoup souhaitent désormais une évacuation hors des zones où sévit le virus tout comme l’envoi de soutien financier pouvant leur permettre de se procurer des produits de première nécessité (masques, désinfectants, vivres).

Contacté pour plus d’éclairage sur cette situation et sur ce qui est fait pour venir en aide aux camerounais de Chine, étant donné que les pages officielles de Diplomatie Cameroun sont muettes sur le sujet, la cellule de la communication du ministère des relations extérieures nous renvoie vers les sorties du ministre de la Santé Publique, le Dr Malachie Manaouda qui a notamment fait savoir sur son compte Twitter que jusqu’à la date du 1er février 2020 au soir, le ministère des relations extérieures a fait comprendre au gouvernement qu’aucun camerounais résidant en Chine n’avait sollicité un rapatriement avant d’ajouter que la communauté camerounaise de Wuhan, en majorité estudiantine, « est sous l’encadrement de notre ambassadeur ».

Tweet du Dr Manaouda répondant à un internaute

Ce 30 janvier 2020, une note officielle des autorités de la Huazhong University of Science and Technology demande aux étudiants étrangers qui vivent en Chine de se rapprocher de leurs ambassades afin qu’elles prennent attache avec les autorités chinoises pour l’organisation de leur évacuation hors des villes touchées par le Coronavirus.

Le communiqué mentionne par ailleurs que selon la municipalité de Wuhan, seule l’ambassade peut initier une évacuation pour ses ressortissants. « Ce qu’une vingtaine de pays a déjà fait » rappelle Pisso Nseke qui, avec d’autres camerounais à Wuhan, ont le regard tourné vers Yaoundé.

L’équipe de Stopintox a contacté l’ambassade du Cameroun en Chine et reste en attente de réponse. L’ambassadeur de Chine au Cameroun organise par ailleurs ce lundi matin à 10h une rencontre avec les journalistes et la communauté camerounaise intéressée pour faire le point de la situation en Chine.

Oui, certains employés d’hôpitaux n’ont pas reconnu le ministre de la Santé Publique lors sa descente inopinée à Douala

Des tweets, des posts Facebook et WhatsApp ont abondamment relayé l’information selon laquelle le ministre a effectué des descentes inopinées dans des structures hospitalières à Douala et n’a pas été reconnu par certains membres du personnel.

 Nous avons vérifié pour vous. La réponse est OUI.

La rédaction de Stopintox a directement été interpellée par plusieurs internautes qui avaient du mal à croire au tweet d’une jeune journaliste camerounaise et dans lequel on pouvait lire que Manaouda Malachie, le ministre de la Santé Publique avait effectué cette descente inopinée.

Contacté à cet effet, le responsable de la cellule de la communication du ministère de la Santé confirme l’information tout en rajoutant que contrairement à certaines allégations le ministre ne s’est pas fait passer pour un simple malade.

Clavère Nken fait savoir que le ministre et sa délégation composée entre autres du Secrétaire d’état à la Santé Publique et de Madame le Secrétaire Général sont arrivés à Douala le jeudi 27 juin 2019 au soir pour réceptionner du matériel médical pour le compte de l’hôpital Laquintinie. La cérémonie était prévue le lendemain vendredi 28 juin.

Seulement Jeudi soir dès son arrivée à Douala, Manaouda Malachie décide d’effectuer une descente inopinée dans quelques structures hospitalières de la place question « d’évaluer le circuit du malade, de l’accueil, en passant par l’orientation jusqu’à la prise en charge des patients » tel qu’on peut le lire sur le site internet du Minsanté.

C’est ainsi qu’arrivé à l’hôpital Laquintinie, la caissière de la pharmacie va lui répondre sans courtoisie et sans daigner lever la tête pour le regarder en lui demandant de s’assoir « là-bas ». C’est alors qu’intervient la secrétaire générale de ce ministère, Sinatha Koulla-Shiro, qui va rappeler à la dame qu’elle a devant elle le ministre de la santé publique. Le Ministre va simplement demander à la dame si elle trouve normale son attitude face à un potentiel patient qui viendrait à la pharmacie chercher des médicaments. Ce à quoi elle va répondre par la négative avant de se confondre en excuses. Une autre scène vécue à l’hôpital de district de Deido c’est qu’à son arrivée impromptue et inattendue, le ministre Manaouda constate qu’il y’a une pléthore de cartes nationales d’identité retenue devant le vigile mais aucun registre pour consigner les noms de ceux qui entrent et sortent. C’est après les remontrances du ministre et tout confus que le vigile ira chercher le registre en question.

NON, ce tuyau obstrué par des résidus divers n’est pas celui de Camwater

L’image d’un tuyau obstrué de laitier, de rouille et de résidus divers est présentée sur la toile comme un des tuyaux de Camwater, l’entreprise en charge de la distribution de l’eau aux populations camerounaises.

Nous Avons vérifié pour vous: La réponse est NON

Photo publiée dans le célèbre groupe Facebook camerounais “Le Cameroun c’est le Cameroun”

La photo de ce tuyau circule sur d’autres plateformes notamment Facebook sur forme d’alerte en le présentant comme un des tuyaux de Camwater transportant de l’eau jusque dans nos maisons. Une petite recherche sur la toile montre que cette photo parait pour la première fois sur internet en 2016 en Russie. L’article fait savoir qu’il s’agit d’une image a été publiée sur la page Facebook de l’ex-ministre du Logement et des Services communaux russe, Alexey Kucherenko.

Dans ce post il fait savoir que c’est un des tuyaux qui conduit de l’eau à Vinnitsa, une ville en Ukraine. Ce qui va s’avérer faux puisque l’image a plutôt été prise en Thaïlande. C’est justement en Thaïlande que la photo revient sur internet en 2017 sous forme d’un fake news annonçant que ce tuyau transporte encore de l’eau destinée aux populations. Choqués par ces révélations, les thaïlandais avaient lancé un mouvement de contestation pour exiger des clarifications de la part de l’État. Le gouvernement qui avait reconnu l’existence de ce tuyau avait par contre souligné que l’état du tuyau ne rendait pas l’eau mauvaise pour autant. Le communiqué traduit du thaï disait notamment « Comme les scories ne sortent pas avec de l’eau et que le chlore tue également les germes, les autorités ont envoyé des scientifiques recueillir des échantillons d’eau en raison des manifestations. Ils confirment que c’est sécuritaire ».

L’ Etat thaïlandais de rappeler que le tuyau a été remplacé depuis 2012 et que faire circuler une telle assertion en 2017 était tout simplement de la fausse information.

La même photo s’est retrouvée sur les réseaux sociaux en Italie en 2018 dans des conditions similaires. La description de l’image était tout aussi alarmiste et appelait les italiens à demander des comptes à l’Etat sur la qualité d’eau qu’ils reçoivent.

Photo publiée sur le site italien Butac.it

Un mouvement assez vite désamorcé lorsque les italiens ont découvert qu’il s’agissait d’une fausse information. Le célèbre site de Factcheking italien Butac ayant enquêté sur l’image a d’ailleurs donné  la parole à un expert qui estime que ce genre d’accumulation tel qu’on le voit dans le tuyau  se produit dans des systèmes qui ne génèrent pas une pression suffisante, peut-être parce qu’ils sont vieux ou usés, sans que cela n’altère la qualité de l’eau qui sort du robinet.

NON, Ecobank Cameroun n’a pas publié un avis de recrutement massif

Une annonce circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours faisant état d’un recrutement massif à Ecobank Cameroun.

Nous avons vérifié pour vous. La réponse est : NON

Un document très partagé sur les réseaux sociaux notamment twitter, facebook ou whatsApp annonce un recrutement massif à Ecobank Cameroun. Pas moins de 14 postes sont listés dans l’annonce qui s’achève par une adresse mail par lequel on peut envoyer son dossier.
Nous avons joint au téléphone la directrice marketing et communication de Ecobank Cameroun, Evy BEND, qui fait savoir que l’annonce est non fondée.
Cette banque panafricaine dispose en effet des canaux officiels pour la publication de ses annonces, notamment son site internet www.ecobank.com et ses réseaux sociaux officiels.

RSS
Follow by Email