Author Archives: Annie Payep-Nlepe

NON, les vaccins arrivés au Cameroun le dimanche 28 juin 2020 ne sont pas des vaccins anti Covid-19 mais ceux contre la fièvre jaune, la tuberculose et la poliomyélite

Depuis ce lundi 29 juin 2020, une information a inondé les réseaux sociaux et la messagerie WhatsApp faisant état de ce que le Cameroun aurait réceptionné des vaccins contre la Covid-19. Stopintox a vérifié. La réponse est NON.

Sur la première capture, on peut lire qu’une cargaison de vaccin Sanofi contre le Coronavirus est arrivée au #Cameroun. Sur la seconde capture, on fait savoir qu’il s’agit d’une phase de test et que ceux qui ne prendront pas ce vaccin ne seront pas admis à rentrer au sein de l’union européenne.

L’image qui circule et sur laquelle on peut voir des cartons estampillés Sanofi Pasteur-Unicef est pourtant réelle mais les informations qui l’accompagnent sont fausses.  

Il s’agit en effet des images de l’arrivée au Cameroun le dimanche 28 juin 2020 de vaccins contre la fièvre jaune, la tuberculose et la poliomyélite. C’est ce que fait savoir le bureau de l’Unicef au Cameroun ce même dimanche. Sur la page Facebook de l’organisation, on peut lire que ces vaccins sont destinés au Programme élargi de vaccination (PEV), et ont été acheminés grâce à l’appui de l’Unicef.

Message de l’Unicef Cameroun posté sur la page Facebook de l’organisation dimanche 28 juin à 15h

Contacté par Stopintox via le service d’information de l’Unicef au Cameroun, Jacques Boyer, le Représentant résident de l’organisation confirme que « Ces vaccins contre la fièvre jaune, la tuberculose et la poliomyélite ont été achetés par le MINSANTE (Ministère de la Santé Publique, NDLR) pour le Programme Elargi de vaccination. L’UNICEF a apporté un appui pour leur acheminement».

Jacques Boyer de poursuivre en précisant « Bien que nous n’ayons pas encore de vaccin contre le coronavirus, nous sommes en mesure de prévenir d’autres maladies graves telles que la tuberculose, la fièvre jaune ou la poliomyélite. Les vaccins sauvent des millions de vies chaque année. La covid-19 ne doit pas être un obstacle à la vaccination des enfants. Nous devons absolument empêcher que les interventions sanitaires qui sauvent des vies soient mises de côté alors que nous luttons contre la COVID-19. Ces vaccins vont servir à des immunisations de routine ».

Sur les quantités de vaccins reçues, l’Unicef fait savoir que pour le cas du  PV-Polio, il s’agit de 361 800 doses, 230 000 doses pour la fièvre jaune et 861 200 doses pour le BCG.

En ce qui concerne les tests de vaccin contre la Covid-19 en Afrique, le premier essai sur le continent d’un vaccin contre ce virus a eu lieu à Soweto et n’a démarré que le mercredi 24 juin 2020. Il a été développé par l’université d’Oxford et a déjà été testé sur 4.000 personnes dans le monde. Au total, 2.000 Sud-Africains vont participer à l’essai ainsi que 4.000 personnes aux Etats-Unis. L’Afrique du Sud, pays le plus touché du continent compte 106.000 infections et plus de 2.000 morts.

Pour ce qui est de l’avancée de la recherche sur le vaccin anti Covid-19, la célèbre revue scientifique The Lancet a annoncé, il y’a un mois tout juste, qu’un premier vaccin venait de faire ses preuves sur l’homme. Ce vaccin à vecteur Ad5 a été testé chez 108 adultes en bonne santé âgés de 18 à 60 ans non infectés par le SRAS-CoV-2. Les résultats semblent prometteurs et le vaccin va entrer en phase 2 de test. On est donc encore loin de la mise à la disposition du grand public d’un quelconque vaccin. Actuellement, plus de 100 vaccins candidats COVID-19 sont en cours de développement dans le monde.

Vous avez des doutes sur une information qui circule? nous vérifions pour vous. Envoyez nous un message sur WhatsApp http://wa.me/237680009488

NON, Kledavid n’est pas le nom du médicament de Mgr Samuel Kleda contre la Covid19

Plusieurs publications depuis deux semaines font savoir que Kledavid est le nom du médicament de Mgr Kleda contre la Covid-19. Stopintox a vérifié. La réponse est: NON

Quelques publications présentant Kledavid comme nom du médicament

La répondu de Lazare Kolyang est sans équivoque. « C’est une fake news ». Joint au téléphone ce lundi 18 mai au matin vers 9h, le Chef de Cabinet de l’Administrateur Général de l’Institut Universitaire Catholique Saint Jérôme de Douala fait savoir qu’il ne s’agit que d’un nom sorti tout droit de l’imagination des internautes. Après avoir promis de donner une communication officielle à cet effet aux environs de 12h, Lazare Kolyang a effectivement publié une mise au point vers 10h ce lundi 18 mai 2020.

Mise au point publiée le lundi 18 mai 2020 via Facebook.

Dans un récent reportage, la web tv Télé’Asu faisait  savoir que le nom provisoire choisi est MSK 1 et MSK 2. Ceci en attendant qu’un nom soit définitivement trouvé à ce traitement que propose l’archevêque de Douala pour venir à bout de la Covid-19.

Vous avez des doutes sur une information qui circule? Contactez Stop Intox via la messagerie WhatsApp.

OUI, le MINESEC envisage une rentrée scolaire qui ne concernera que les classes d’examen

Le ministère des enseignements secondaires envisage-t-il une rentrée scolaire qui ne concernera que les classes d’examens? La réponse est OUI

Une nouvelle WhatsApp, comme on appelle désormais ces informations anonymes qui circulent sur cette application de messagerie instantanée, s’est répandue dans la journée du 27 avril 2020 avec pour titre « RÉSOLUTIONS ISSUES DE LA TÉLÉCONFÉRENCE DE Mme MINESEC AVEC LES DÉLÉGUÉS RÉGIONAUX LE 27 AVRIL 2020 ».

La note résumé ayant circulé sur WathsApp

Dans cette nouvelle, on fait savoir entre autres que la rentrée du 1er juin 2020 ne concernera que les classes d’examen et que l’effectif de chaque classe est fixé à 24 apprenants. L’information parait invraisemblable et plusieurs internautes se demandent si elle est avérée. Contactée dans la soirée du lundi 27 avril 2020, la chef cellule communication du ministère des enseignements secondaires, Brigitte Ambissa fait savoir que l’information est « fondée ».  

Dans la même foulée, une note signée du délégué régional des enseignements secondaires pour la région de l’Ouest, adressée aux  chefs d’établissements privés et publics et aux délégués départementaux, invite ces derniers à prendre des dispositions sur la base des résolutions énumérées plus haut.

Note du délégué régional de l’ouest

Une info à vérifier? Ecrivez-nous: redaction@stopintox.cm

NON, le matériel commandé par le PNUD n’a rien à voir avec le don du chef de l’Etat aux populations

Un débat anime les réseaux sociaux au Cameroun sur la question de savoir si le matériel commandé sous l’initiative du Programme des nations unies pour le développement, PNUD, et le don annoncé de Paul Biya sont liés. La réponse est: NON

Contacté ce 21 avril 2020 par stopintox, FAJONG Joseph LEREH du service de l’information du PNUD est catégorique : « Il s’agit de deux choses tout à fait différentes ». M Fajong nous renvoie au communiqué de presse publié par l’institution le 15 avril 2020.

Communiqué de presse du PNUD Cameroun du 15 avril 2020

Lequel stipule clairement que « Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) au Cameroun, en partenariat avec la Banque mondiale et le Fonds mondial, soutient le ministère de la Santé par la fourniture du matériel médical d’urgence d’une valeur de 3,9 millions de dollars ». Dans un tweet publié deux jours plutôt, la signature de l’agrément de financement était rendue publique. Le PNUD faisait savoir que la banque mondiale participe à hauteur de 2,3 millions de dollars soit environ 1 milliard 400 millions de FCFA et le fonds mondial pour 1,7 millions de dollars soit 1 milliard 29 millions de FCFA.

Tweet du PNUD Cameroun datant du 13 avril 2020

« Il ne s’agit donc en aucun cas du don présidentiel » précise le PNUD qui ajoute que son matériel arrivé à Douala au Cameroun le 17 avril 2020 en provenance de la Chine a été commandé bien avant que la décision du don présidentiel ne soit publiée. Ce que confirme d’ailleurs le ministère de l’administration territoriale qui fait savoir que les deux actions n’ont aucun lien.

Le malentendu est né d’une part de la concomitance des deux opérations et d’autres parts des montants assez proches notamment 2 milliards de FCFA pour Paul Biya et 2,3 milliards de FCFA pour le PNUD et ses partenaires.

En effet, trois jours après l’arrivée de la première cargaison de la commande du PNUD, le ministre de l’administration territoriale publie un communiqué le 20 avril 2020 dans lequel il annonce que le chef de l’Etat fait un don en matériels de près de 2 milliards de FCFA.

Les deux listes sont distinctes à bien des égards. La liste du matériel commandé par le PNUD comprend essentiellement du matériel médical alors que celle du président de la République comprend en plus de ce matériel médical des seaux et autres savons.

Si les deux opérations sont distinctes, qu’en est-il du don du chef de l’Etat ? La liste comprend des kits de tests rapides et des appareils d’assistance respiratoires qu’on ne trouve pas au Cameroun. Contactée pour plus de détails, le chef par intérim de la cellule de communication au ministère de l’administration territoriale, Juliette Mbella, fait savoir que « les respirateurs et autres matériels médicaux viendront de Chine et de Corée. Ils ne sont pas encore disponibles et le plus gros de la distribution ne se fera qu’une fois la commande arrivée au Cameroun? C’est pourquoi le ministre donne un délai de 10 jours dans son communiqué pour la distribution du matériel». Et d’ajouter que le ministre de l’administration territoriale  va se déplacer avec l’ambassadrice de Corée pour réceptionner le matériel une fois qu’il sera là ».

OUI, un bus transportant un cas suspect de Covid19 a été stoppé à Meiganga et conduit à Yaoundé

Le soir du lundi 6 avril 2020 une information selon laquelle un bus aurait été stoppé à Meiganga par les autorités locales après avoir appris qu’un voyageur soupçonné d’être atteint de Covid19 s’y trouvait est vraie.

Images du bus en arrêt

Sur certaines images, on peut apercevoir un bus de l’agence Touristique Express, des passagers et des autorités tout autour ainsi que des personnels de santé habillés en combinaison de protection. Le Préfet du département du Mbéré Nouhou Bello a fait une déclaration au micro du média public, la CRTV le 7 avril 2020 dans laquelle il fait savoir qu’il a fait stopper le véhicule après avoir été informé de ce qu’une personne suspectée de Covid19 se trouvait dans un bus de l’agence Touristique express en provenance de Douala. « Nous avons demandé que le bus soit immobilisé à Nandeke à l’entrée de Meiganga » précise-t-il.   

Nouhou Bello affirme qu’après avoir informé les passagers de ce cas suspect, le bus a été désinfecté ainsi que les occupants avec le concours des autorités sanitaires.  Le bus a ensuite été conduit à Yaoundé pour que les passagers soient testés. Le préfet de préciser que « Les passagers devraient être prise en charge par la cellule de prise en charge de la lutte contre le coronavirus ». Il rappelle par ailleurs que son unité administrative ne dispose d’aucun moyen ni pour tester les cas suspects de Covid19 encore moins d’espace ou de compétence pour mettre en isolation ceux qui pourraient avoir besoin de quarantaine.

Les passagers sont logés dans deux hôtels de la ville de Yaoundé afin que les vérifications d’usage soient effectuées. Précise le préfet du Mbéré.

 

NON, le docteur Kakisingi n’est pas décédé des suites de Covid19

La rumeur selon laquelle le docteur Lazare kakisingi serait décédé des suites de Covid19 n’est pas fondée. Ce médecin, gynécologue obstétricien à la clinique Idimed à Douala est décédé le 4 avril 2020. L’annonce officielle de sa mort faite par sa fille sur le compte Facebook du médecin parle d’une longue maladie.

La nouvelle de la mort de ce médecin très connu dans la ville de Douala est reprise sur les réseaux sociaux avec la mention selon laquelle il est décédé de Covid19.

Faux! Rétorque la famille. Son beau-fils, Serge Songue, fait savoir que son beau-père luttait depuis quelque temps contre un cancer et que c’est cela qui l’a emporté.

Un peu plus tard dans la journée du dimanche 5 avril 2020, la clinique Idimed où le défunt officiait prendra la peine de préciser à nouveau dans un communiqué que le docteur Kakisingi est mort des suite de très longue maladie et que sa dépouillé se trouve à l’hôpital militaire de Douala.

Une précision qui laisse clairement comprendre qu’il n’est pas décédé de Covid19 puisque l’enterrement dans ce cas-là a souvent lieu quelques heures après le décès.

NON, le prix de l’essence n’est pas revu à la baisse au Cameroun

Une rumeur selon laquelle le prix de l’essence va connaître une baisse se fait de plus en plus entendre ces derniers jours au Cameroun. Stopintox a vérifié. Il n’en n’est rien.

Tout est parti d’un courrier du secrétaire général à la présidence de la République adressé au secrétaire général des services du premier ministre et dans lequel on peut lire que le président de la République a marqué son haut accord à certaines propositions. Parmi ces propositions, on peut lire que Paul Biya accorde à la Sonara une marge minimale de 47,68 FCFA, accorde aux importateurs, y compris la Sonara, une marge de 15FCFA par litre et revalorise les droits de passage au profit de la SCDP à hauteur de 2FCFA par litre.

Courrier du SGPR au SG des services du PM qui a prêté à confusion

Stopintox s’est rapproché de la caisse de stabilisation des prix des hydrocarbures, la CSPH. Alain Pascal EKOLLO, chef service de la gestion des prix fait savoir que les prix à la pompe ne changent pas. « Rien dans ce courrier ne l’indique. C’est tout ce que je peux vous dire pour le moment ». Une autre source interne à l’entreprise de préciser qu’il y’ a juste eu une revalorisation de droit de passage de la société camerounaise de dépôt pétrolier (SCDP) et celle des importateurs et le poste sortie Sonara ».

Prix appliqués à la pompe au Cameroun depuis janvier 2016

C’est la même réponse qui nous parvient du côté de la cellule de communication de la société camerounaise de dépôt pétrolier. Joseph Emmanuel Ba’ana, le chef de la cellule de communication se fait plus précis en indiquant que « la revalorisation du taux de passage à 2f/litres permettra déjà de passer de 7fcfa à 9fcfa et rétablir le passage tel qu’il était quand il a été supprimé en 2014. À ce moment nous étions partis de 9.41fcfa /litre à 6fcfa. Ce changement permettra à la SCDP de générer davantage de revenus qui lui permettront d’investir dans la construction de nouvelles capacités de stockage ». Il poursuit en rappelant clairement que « cette revalorisation n’a aucune incidence sur les prix à la pompe car, des mécanismes de péréquation sont mis en œuvre au niveau de la CSPH pour établir les prix à la pompe ».

Le document mal interprété précisait d’ailleurs déjà que la marge minimale ainsi accordée  à la Sonara était « sans incidence sur le niveau actuel des prix à la pompe ».

En cas de doute sur une information qui circule, merci d’écrire à l’équipe de stopintox au numéro Wathsapp : +237 680 00 94 88.

Non, Didier Raoult n’a pas demandé aux africains de ne pas prendre le vaccin de Bill Gates contre le coronavirus. Un vaccin qui n’existe d’ailleurs pas.

L’information selon laquelle le célèbre scientifique français Didier Raoult, défenseur de la chloroquine comme médicament pour soigner le Covid19, aurait demandé aux africains de ne pas prendre le vaccin de Bill Gates contre le coronavirus circule sur la toile. Des sites internet rapportent l’information sans citer de source.  Stopintox s’est penché sur le sujet.

Dans cette « alerte » qui circule, on peut y lire que “le vaccin contre le coronavirus qui sera bientôt mis en vente contient du poison et a pour but d’anéantir l’Afrique. Il appelle par conséquent les dirigeants africains à plus de vigilance”.

Une déclaration qui n’est disponible sur aucune plateforme crédible

Le site gabonais 7joursinfo.com rapporte lui aussi l’information et parle d’une déclaration faite par le scientifique français sur sa page Facebook.

Or d’après nos recherches, Didier Raoult n’a aucun compte facebook qui prouve qu’il valide ce qui y est publié. Plusieurs comptes et de nombreux groupes existent au nom du scientifique. Le groupe de soutien le plus célèbre à Didier Raoult porte le nom «Didier Raoult vs Coronavirus» et compte, un peu plus d’une semaine après sa création, 361 000 abonnés au 29 mars 2020. L’autre groupe crée le 21 mars est “Soutien au professeur Raoult”. Il compte plus 150 000 membres. La seule page existante porte le nom “Soutien au professeur Raoult”. Elle ressemble plutôt à une page de soutien qui publie les dernières actualités du professeur et non à une page officielle. Et en plus aucune information sur un quelconque vaccin de Bill Gates  contre le coronavirus n’y figure.

La  seule présence avérée sur  les réseaux sociaux du Pr Raoult c’est  sur Twitter. Sur ce réseau, un compte a été ouvert en ce mois de mars. Il est certifié et il compte plus de 196 000 abonnés. C’est ici que Didier Raoult partage les résultats de ses recherches sur le coronavirus, ses interviews, ses points de vue et donne son avis sur les grands sujets d’actualité liés au Coronavirus en France. Or rien concernant un quelconque vaccin de Bill Gates ne s’y trouve. Tout comme il n y a rien sur ce sujet sur la chaîne Youtube de l’institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection de Marseille qu’il dirige et sur laquelle il s’exprime de temps en temps et qui compte plus de 70 000 abonnés.

Aux sources d’une rumeur complotiste sur Bill Gates

Stopintox a essayé de remonter la piste de cette « rumeur » qui enfle. Sur le site complotiste xochipelli.fr, dans un article publié le 22 mars 2020, un lien est fait entre le Covid19 et Bill Gates. On peut y lire que le Covid-19 est une « narration » inventée « par la Fondation Bill Gates, par la Fondation Rockefeller, par Microsoft, par le Forum de Davos et surtout par Gavi-L’Alliance du vaccin, pour mener « une campagne de vaccination universelle assortie d’un puçage électronique ». La corrélation avec le Pr Didier Raoult vient du fait que le site le cite comme une des personnes les plus en danger de par son refus de céder au chantage des grandes formes pharmaceutiques en encourageant la chloroquine dans le traitement du Vovid19. « Les relais conspirationnistes se servent du crédit scientifique de Raoult tout en ayant une posture antiscience et antisystème » estime l’historienne française Marie Peltier dans une interview accordée au journal du dimanche. Bill Gates a par ailleurs mis sur pied le “COVID-19 Therapeutics Accelerator“, un fond de 125 millions de dollars pour lutter contre le coronavirus et qui permettra de soutenir les chercheurs qui travaillent à mettre sur pied un médicament ou encore à trouver un vaccin.

Quid des tests de vaccin contre le Covid19 ?

Dans de nombreux post et tweets on voit des gens se demander pourquoi les scientifiques veulent démarrer l’administration de vaccins par l’Afrique alors que c’est le continent est le moins touché par le coronavirus? On y voit un vaste complot contre le continent. Or rien non plus ne permet de faire de telles affirmations. Le site Focus guinée et d’autres internautes évoquent le sujet sans en apporter la source.

En ce qui concerne le vaccin contre le virus, l’organisation mondiale de la santé a annoncé le 18 mars 2020 le début des premiers essais d’un vaccin contre le Covid19.  Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS, lors d’une conférence de presse à Genève a dit que « L’OMS et ses partenaires organisent de ce fait dans de nombreux pays une étude dans laquelle certains de ces traitements non testés sont comparés », a-t-il expliqué. D’ajouter que pour cette étude dénommée « essai de solidarité », de nombreux pays ont déjà confirmé leur participation à ces tests de solidarité. L’Argentine, Bahreïn, le Canada, la France, l’Iran, la Norvège, l’Afrique du Sud, l’Espagne, la Suisse et la Thaïlande ont déjà rejoint l’échange d’informations sur les différentes réponses à apporter au coronavirus. Mais il faut du temps pour qu’on puisse parler d’un vaccin prêt. La société américaine Moderna a commencé un essai clinique de Phase 1 chez l’Homme mais a fait savoir qu’il “faudra entre douze et vingt-quatre mois pour boucler ces essais cliniques chez l’homme.”

En Australie, les chercheurs de l’institut Murdoch à Melbourne ont annoncé le vendredi 27 mars qu’ils allaient tester le vaccin contre la tuberculose, le BCG sur quelques 4000 personnels soignants australiens. La chine a entamé ses premiers essais il y’a quelques jours.

Des infos à vérifier sur le coronavirus? Faites-nous signe. Stopintox vous répond.

Non, la dame transportée de l’agence de Ecobank de Bonamoussadi ne l’était pas pour cause de Covid19

Cette photo a fait le tour de la toile au Cameroun faisant savoir qu’une personne atteinte de covid19 avait été transportée d’urgence à l’hôpital. Stop intox a vérifié pour vous.

Une dame est transportée de Ecobank Bonamoussadi le 24 mars 2020

Votre site est entré en contact avec la cellule de communication de Ecobank qui a confirmé le contenu d’un communiqué qui avait déjà été publié sur la page Facebook de l’institution bancaire dans le sens de démentir cette rumeur.

Comme l’indique le communiqué, la dame qui a fait un malaise en agence avait été transportée à la polyclinique du Rond-Point située à un jet de pierre de l’agence.

Nous avons contacté le Dr Jean Claude Tankoua qui a reçu la patiente. Il fait savoir que la dame ne présentait absolument aucun symptôme lié au Covid19. Il ajoute que la dame qui ne se sentait déjà pas bien, est allée à la banque pour précéder au retrait des fonds devant lui permettre d’effectuer des examens et c’est à l’issu d’une dispute avec un proche qu’elle entre en colère et fait son malaise.

Dr Jean Claude Tankoua, gynécologue obstétricien

Sur la version d’une femme enceinte ayant fait un malaise, le médecin précise que la dame n’est pas enceinte. Après s’être reposée, permission lui sera donnée de rentrer chez elle, quelques heures après, accompagnée de son mari. Le Dr Tankoua d’ajouter que certaines personnes ayant assisté à son malaise sont venus prendre de ses nouvelles à la clinique et ont pu la rencontrer. « Elle s’exprimait bien et n’avait aucun souci particulier » conclut-il.

NDLR: Durant cette période où le monde traverse une grave crise sanitaire doublée d’une grave crise de l’information, Stopintox fera de son mieux pour vérifier certaines rumeurs pour vous. N’hésitez pas à nous contacter en cas de doute.

Cet article est disponible sur notre chaîne Youtube. Faites y un tour.

Non, ce communiqué sur le Coronavirus n’est pas de l’UNICEF

Le communiqué portant l’estampille de l’UNICEF et décrivant certaines mesures parfois loufoques à prendre face au Coronavirus qui circule sur la toile en Afrique est-il de l’organisation? On a vérifié. La réponse est: NON

Communiqué attribué à l’UNICEF ayant circulé sur les réseaux sociaux au Cameroun

L’Organisation mondiale de la santé a donné un nom à cette propagation fulgurante des fake news sur le Coronavirus, il s’agit de l’infodémie. Dans ce faux document attribué au Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, l’Unicef, on peut y lire que le coronavirus est de grande taille soit 400 à 500 micro de diamètre. Ce qui est en contradiction totale avec les résultats des recherches menées par les scientifiques qui parlent d’un virus 100 fois plus petit que l’épaisseur d’un cheveu dont le diamètre varie entre 80 et 150 nanomètres. Une unité encore plus petite que micromètre cité dans le faux communiqué.

Présentation physique du CoronaVirus

La grosse rumeur selon laquelle le virus ne résiste pas à forte température revient aussi dans ce communiqué. Une autre infodémie qui a la peau dure puisque l’organisation mondiale de la santé a deja publié sur son site une note à propos en rappelant que « le virus de la COVID-19 peut se transmettre sous les climats chauds et humides ». Sur le site de l’OMS on peut aussi lire que contrairement aux allégations contenues dans le faux communiqué, prendre un bain chaud ne protège pas contre le nouveau coronavirus.

Contacté par stop intox, le bureau de l’UNICEF à Yaoundé a fait savoir que l’organisation travaille avec le réseau social Facebook afin de traquer les auteurs de telles informations. Le bureau Cameroun a d’ailleurs fait une publication sur le réseau social utilisé par 3,5 millions d‘internautes au Cameroun pour demander aux populations de faire attention à ces fausses informations.

Le faux communiqué s’est aussi retrouvé sur les réseaux sociaux malien et ivoirien.  

RSS
Follow by Email